BFM Business

La France va mieux. Est-ce qu'elle va suffisamment mieux? Non

Michel Sapin était l'invité de BFMTV-RMC.

Michel Sapin était l'invité de BFMTV-RMC. - BFMTV-RMC

Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics, était l'invité de BFMTV-RMC ce 8 septembre. Il est notamment revenu sur l'allocution de François Hollande.

Sur l'état de la France

"La France va mieux. Est-ce qu'elle va suffisamment mieux? Non". Michel Sapin est clair, la France a encore des progrès à faire. "Nous allons avoir une croissance moyenne sur l'ensemble de l'année de 1% ou un peu au-delà. Mais notre objectif est qu'à la fin de cette année, nous soyons sur un rythme de croissance supérieur à 1% qui avoisine le 1,5%", explique le ministre des Finances qui reprend l'annonce du chef de l'Etat.

D'après le ministre des Finances, c'est avec 1,5% de croissance que la France créera assez d'emplois pour faire reculer durablement le chômage. "Nous devons donc continuer ou amplifier les politiques que nous avons menées".

Sur les baisses d'impôts

François Hollande a annoncé lundi 7 septembre une baisse de 2 milliards d'euros qui concernera plus de 8 millions de foyers. Les baisses s'appliqueront à l'impôt sur le revenu.

"Depuis 2011, des hausses d'impôts sur le revenu ont été prises par Nicolas Sarkozy et François Hollande", explique Michel Sapin. Et ce parce que "c'était nécessaire dans le moment".

Mais aujourd'hui, "nous avons la capacité de diminuer à nouveau ces impôts", précise le ministre des Finances. Néanmoins, il ne dit pas exactement comment faire. "Nous faisons des économies. Les dépenses publiques sont de 1.000 milliards, nous avons seulement 2 milliards à trouver".

Une piste est tout de même évoquée, celle de la régularisation des comptes non déclarés. "Cette année, plus de 2,6 milliards d'impôts et de pénalités (auront été) récupérés par ce seul biais-là". Et il ajoute: "si nous pouvions, et ce sera le cas, couvrir une partie des baisses d'impôts pour les plus modestes des Français par les impôts qui seront naturellement payés par ceux qui avaient caché leur argent à l'étranger, je trouve qu'il y a là quelque chose de juste et d'efficace".

Qui va en bénéficier? "Ces choses là seront précisées. Mais il va y avoir 8 millions de foyers fiscaux qui vont voir de nouveau leur impôt baisser". 

Sur France Télévisions

Le chef de l'Etat annonçait la veille qu'il n'était pas favorable à une hausse exagérée de la redevance audiovisuelle ou à son élargissement aux appareils connectés.

Pour Michel Sapin, le débat sur le retour de la publicité après 20 heures sur les chaînes du service public est donc ouvert. "C'est une solution. Il est nécessaire de l'examiner attentivement".

Par ailleurs, il n'a pas voulu répondre sur une possible hausse de la redevance audiovisuelle. Le chef de l'Etat a dit "pas de hausse exagérée", laissant ainsi le champ libre à une hausse "limitée".

Sur le droit du travail

D'après Les Echos qui ont pu consulter le rapport Combrexelle sur le droit du travail, Jean-Denis Combrexelle compte modifier la Constitution "en inscrivant dans son préambule les principes de la négociation collective". Pour Michel Sapin, il n'y a pas besoin de modifier la Constitution. Seule une modification du Code du travail est nécessaire.

Sur les réfugiés

Face à l'afflux massif de réfugiés en Europe, François Hollande a annoncé lundi que la France était prête à accueillir 24.000 personnes en deux ans. Michel Sapin a donc précisé que "nous allons dégager dans le Budget une ligne pour les réfugiés".

Et il a ajouté : "nous allons travailler avec les collectivités locales, les départements. C'est une question de quelques millions. C'est à la mesure de ce que nous pouvons faire et ça ne sera pas au détriment d'une autre politique".

D. L.