BFM Business

La Finlande, l’Estonie et l’Irlande veulent un engagement du secteur privé lors de sauvetages futurs

L'Irlande veut un engagement sur secteur privé

L'Irlande veut un engagement sur secteur privé - -

Le secteur privé doit prendre ses responsabilités. Ces trois pays estimaient ce dimanche 24 mars, que la zone euro était en train de passer d'un système de sauvetage avec une aide extérieure à un système de mise à contribution des créanciers et des détenteurs de titres de dette.

La Finlande, l’Estonie et l’Irlande tapent du poing sur la table. Ces trois petits pays de la zone euro ont estimé ce dimanche 24 mars qu'un engagement du secteur privé lors d'éventuels sauvetages financiers futurs de pays européens en crise devait devenir la règle.

La Finlande voit, elle, dans le plan de sauvetage de Chypre un tournant par rapport aux plans précédents.

Le ministre finlandais des Affaires européennes, Alexander Stubb, a estimé que la zone euro était en train de passer d'un système de sauvetage avec une aide extérieure à un système de mise à contribution des créanciers et des détenteurs de titres de dette.

"Je pense que c'est le message de ce plan de sauvetage (de Chypre)", a dit Alexandre Stubb tout en soulignant que chaque cas est "unique".

Sauver les banques avec l'argent public

Le président de l'Estonie, Toomas Hendrik Ilves, a pour sa part estimé que la volonté de sauver des banques et des pays avec de l'argent public était "décroissante" dans plusieurs pays de la zone euro.

"Il n'est pas raisonnable de pousser en avant quelque chose qui va ensuite être rejeté par le parlement", a constaté Toomas Hendrik Ilves.

D.L.