BFM Business

La croissance française a été nulle au deuxième trimestre 2012

L'Insee note que la production, tout comme la consommation des ménages, a reculé au deuxième trimestre.

L'Insee note que la production, tout comme la consommation des ménages, a reculé au deuxième trimestre. - -

Pour le troisième trimestre consécutif, le PIB français a stagné, selon une première estimation de l’Insee parue ce mardi 14 août. La France évite ainsi de très peu la récession, mais plusieurs de ses indicateurs sont en très net ralentissement.

Le spectre de la récession n’a pas encore atteint l’économie française, même s’il s’en est fallu de peu. Selon les chiffres publiés ce mardi 14 août par l’Insee, le PIB français a stagné au deuxième trimestre 2012 (+0%).

Cette stagnation peut être interprétée comme une relative bonne nouvelle, car elle déjoue les pronostics plus pessimistes de la Banque de France, qui tablait sur un recul de 0,1% sur la même période.

Pas de quoi se réjouir ,pourtant, puisque l’économie française connaît son troisième trimestre de croissance nulle consécutif. En effet, le PIB français a stagné au premier trimestre 2012, et l’Insee a révisé ce mardi à la baisse les chiffres du quatrième trimestre de 2011, pour porter à 0% la croissance. Et le tableau de l’économie française, dressé par l’Insee dans son communiqué, n’est guère rassurant.

L’Institution prend ainsi acte du recul de la production de biens et services qui diminue de 1%, et souligne que "la consommation des ménages est atone", avec une baisse de leurs dépenses de 0,2%. Seules les dépenses d’investissement d’entreprise se redressent légèrement (+0,6%).

L'objectif de croissance du gouvernement reste réalisable

La demande intérieure finale hors stocks a donc faiblement contribué à la croissance. De plus, ses effets positifs ont été effacés par un mauvais solde extérieur, plombé par des importations en nette accélération (+1,8%) et des exportations encore peu dynamiques (+0,2%).

Malgré cette performance mitigée au deuxième trimestre, l'objectif gouvernemental d'une croissance de 0,3% sur l'ensemble de l'année 2012 peut toujours être atteint. L'acquis de croissance, c'est-à-dire le résultat d'ores et déjà obtenu pour l'année si le PIB devait continuer à stagner jusqu'en décembre, est en effet de 0,2%, et l'Insee prédit un léger rebond au second semestre.

A l’ouverture, la Bourse de Paris a plutôt bien accueilli la nouvelle, affichant une hausse de 0,56% à 9h00.

L'Allemagne continue de surprendre

L'économie allemande a crû de 0,3% au deuxième trimestre, selon une première estimation publiée mardi 14 août par l'Office fédéral des statistiques.

Ce chiffre dépasse les prévisions des analystes qui tablaient sur une hausse limitée à 0,2%. Il est notamment porté par une hausse des exportations plus rapides que prévu. La consommation des ménages allemands a elle aussi augmenté, compensant le recul de l’investissement.

Bfmbusiness.com avec AFP