BFM Business

La BCE ne se formalise pas de la décision de Chypre

La BCE prend note de la décision de Chypre ce mardi 19 mars

La BCE prend note de la décision de Chypre ce mardi 19 mars - -

Le Parlement de Chypre a rejeté le plan de sauvetage. Malgré tout, la BCE a réaffirmé son engagement à fournir autant de liquidités que nécessaire dans le cadre des règles existantes".

La BCE reste stoïque. Le Parlement chypriote s’est prononcé, ce mardi 19 mars, contre le plan de sauvetage négocié avec l’Union européenne. Pour autant, la Banque centrale européenne a simplement indiqué qu’elle prenait note de cette décision et qu’elle restait en contact avec ses partenaires de la troïka (Union européenne, Fonds monétaire international et BCE).

Elle a même ajouté quelle "réaffirme son engagement à fournir autant de liquidités que nécessaire dans le cadre des règles existantes".

Craintes que les clients des banques vident massivement leurs comptes

Les banques chypriotes sont fermées depuis l'annonce samedi 16 mars d'un plan d'aide prévoyant une taxe exceptionnelle sur les dépôts bancaires de 6,7% à 9,9% selon leur montant, mais elles doivent rouvrir jeudi 21 mars, et les observateurs craignent que les clients vident massivement leurs comptes, privant les banques de trésorerie.

Selon les médias locaux, le gouvernement chercherait à présent à renégocier les termes de l'accord avec la troïka et tenterait en même temps de trouver d'autres moyens d'assurer les 5,8 milliards d'euros requis en contrepartie d'un prêt de 10 milliards d'euros de la zone euro et du FMI.

Parmi les options, Chypre pourrait envisager l'émission d'obligations, de restructurer les banques et tenter d'attirer plus d'investissements russes, selon les médias.

Diane Lacaze