BFM Business

La BCE considère que "la sortie de la Grèce n'est plus exclue"

Benoît Coeuré, le membre français du directoire de la BCE

Benoît Coeuré, le membre français du directoire de la BCE - ILMARS ZNOTINS - AFP

Le membre français du directoire de la Banque centrale européenne, Benoît Coeuré, reconnaît dans une interview aux Echos ce mardi, que la sortie de la Grèce de la zone euro n'est plus une question taboue.

Cet un terrible aveu pour la Banque centrale européenne. Benoît Coeuré, économiste et membre français du directoire de la BCE, affirme dans un entretien aux Echos de ce mardi 30 juin qu'une sortie de la Grèce de l'euro "ne peut malheureusement plus être exclue".

"C'est le résultat du choix du gouvernement grec de mettre fin à la discussion avec ses créanciers et de recourir à un référendum", explique-t-il .

Les Grecs ont été appelés par leur Premier ministre Alexis Tsipras à se prononcer dimanche sur le plan soumis par la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international.

Une austérité "bien pire" en cas de sortie

"Si la réponse est 'oui', je n'ai pas de doute sur le fait que les autorités de la zone euro trouveront les moyens, sous une forme ou sous une autre, de tenir leurs engagements", assure Benoît Coeuré. Dans le cas contraire, "il serait alors très difficile de renouer un dialogue politique" car "les propositions des trois institutions (sont) allées à la limite de ce qui était acceptable", prévient-il.

"Si la Grèce devait sortir, l'austérité serait bien pire encore. Elle ne bénéficierait plus de la solidarité de la zone euro, qui lui a donné du temps pour faire les ajustements nécessaires", ajoute-t-il.

J.M. avec AFP