BFM Business

L’OCDE épingle la France sur le coût du travail

L'OCDE pointe le coût du travail en France et son impact sur l'emploi

L'OCDE pointe le coût du travail en France et son impact sur l'emploi - -

Dans un rapport rendu public vendredi, l’Organisation pointe notamment le coût du travail en France, qui pèse sur l’emploi. Mais l'étude a été réalisée en 2011, et ne tient donc pas compte du Pacte de compétitivité.

L’Hexagone est montré du doigt dans un rapport de l'OCDE (organisation de coopération et de développement économique) présenté à l’occasion de la réunion des ministres des Finances du G20 à Moscou vendredi. L'Organisation estime que le coût du travail en France réduit les possibilités d'emploi.

Attention, il faut cependant prendre en compte que cette étude a été réalisé en 2011, avant le Pacte de compétitivité et l'accord social, dont le but est justement de flexibiliser le marché du travail.

Dans son étude, l’OCDE loue l’avancée des réformes structurelles dans ses pays membres. Mais elle appelle à plus d’efforts en Europe, où le "chômage demeure supérieur aux niveaux d’avant la crise". Et tout particulièrement dans certains pays notablement en difficulté, parmi lesquels l’Espagne, l’Italie, et… la France.

Ceux-là doivent réduire "les obstacles à la création d’emploi, à l’embauche et à la mobilité des travailleurs". L’OCDE pointe en particulier la faiblesse des taux d’emploi des jeunes, notamment peu qualifiés, et des seniors français.

Une augmentation des taxes environnementales

L'Organisation recommande ainsi d'alléger encore les cotisations de sécurité sociale et de réduire les dépenses publiques et fiscales inefficientes. Elle propose aussi de rendre les contrats à durée indéterminée moins dur à rompre pour les entreprises, de limiter l’augmentation du salaire minimum, et de rendre le système fiscal plus efficace. Une augmentation des taxes environnementales est ainsi évoquée.

L’Organisation insiste enfin sur la nécessité d’augmenter la qualité de l’éducation en France, afin d’améliorer simultanément le taux d’emploi et la productivité.

N.G. et AFP