BFM Business

L'Eurovision aussi connaît l'austérité budgétaire

Les vainqueurs de la première demi-finale du concours

Les vainqueurs de la première demi-finale du concours - -

La finale du concours européen de la chanson a lieu, ce samedi 18 mai. Les coupes budgétaires dans nombre de pays de l'UE ont incité plusieurs d'entre eux à ne pas participer à l’évènement. Le budget de l’organisation du concours a aussi été revu à la baisse.

L’Eurovision se serre la ceinture. Le célèbre et kitschissime concours européen de chant tient, ce samedi 18 mai, sa finale à Malmö en Suède. Et l’évènement qui a, autrefois, consacré des stars comme France Gall, ABBA, Celine Dion ou encore le groupe finlandais en costume de monstres Lordi, n’est pas épargné par l’austérité.

L’année dernière, déjà, le gouvernement espagnol avait demandé à sa candidate, Pastora Soler, de “ne pas gagner”, et éviter ainsi d’avoir à organiser l’évènement, le pays vainqueur devenant le pays hôte l’année suivante.

Pour cette édition 2013, pas moins de quatre pays ont choisi de ne présenter aucun candidat : la Bosnie-Herzégovine, la Pologne, le Portugal et la Slovaquie. Là encore la raison est simple: à l’heure des coupes budgétaires, envoyer une délégation revient trop cher, et surtout le risque de gagner -et donc d’avoir à payer la note l’année prochaine- est devenu trop grand.

"L'actuelle conjoncture budgétaire ne permet pas d'accumuler les événements importants et il faut donc choisir ceux qui apportent davantage de dignité et qui, en même temps, touchent un public plus large", expliquait la Radio-Télévision Portugaise lors de l’annonce de son retrait de la compétition.

Un budget qui a dégringolé

“La liste des pays qui ne peuvent plus se permettre d’organiser le concours n’en finit plus de s’allonger, il est tout simplement impossible de poursuivre dans cette direction. Si nous n’inversons pas la tendance, l’Eurovision ne pourra plus survivre sur le long terme”, explique Martin Österdahl, chargé de la production de l’édition 2013 et cité par le site Eurovision Song Contest Today.

Pour lui, il est ainsi urgent de réduire les coûts de l’organisation et freiner la course à la technologie. En témoigne le budget de cette édition 2013 : avec 14,5 millions d’euros, le show européen s’est tout simplement mis à la diète.

Ce montant doit, en effet, être comparé avec les 33 millions d’euros dépensés en 2009 à Moscou, ou surtout les quelques 100 millions d’euros investis l’année dernière à Bakou (Azerbaïdjan). Il est vrai que le gouvernement azeri avait alors jugé bon de construire un “palais de cristal” pour accueillir l’évènement...

Malmö, la troisième ville de Suède après Stockholm et Gotebörg, mettra la main à la poche à hauteur d’environ 3 millions d’euros. Cette cité portuaire, d’où est originaire Zlatan Ibrahimovic, espère tout de même profiter des retombées de l’évènement. Pour qu’il y ait au moins une gagnante dans la soirée qui n’embarrasse pas son pays.

>> A LIRE AUSSI

- Eurovision 2013: cinq candidats à ne pas manquer

- Quiz: Etes-vous incollables sur l'eurovision

Julien Marion