BFM Business

L'Europe menace à son tour la Russie de sanctions commerciales

L'Europe tente de répondre au coup de force de Vladimir Poutine

L'Europe tente de répondre au coup de force de Vladimir Poutine - -

La Russie a annoncé, ce jeudi 7 août, un "embargo total" sur les produits alimentaires occidentaux. L'Union européenne pourrait prendre des mesures de rétorsion.

Alors que la Russie frappe un grand coup sur les économies occidentales, l'Union européenne réplique mais timidement. Frédéric Vincent, un porte-parole de la Commission européenne a déclaré, ce jeudi 7 août, qu' "après évaluation complète par la Commission européenne des mesures prises par la Fédération de Russie, nous nous réservons le droit de prendre les mesures appropriées".

Il a dénoncé une décision "clairement politique" de la part des autorités russes et rappelé que les sanctions européennes à l'encontre de la Russie étaient quant à elles "directement liées à l'annexion illégale de la Crimée et à la déstabilisation de l'Ukraine". "L'Union européenne reste déterminée à la désescalade de la situation en Ukraine", a-t-il affirmé.

11,8 milliards d'euros d'exportations vers la Russie

La Russie a décrété ce jeudi une "interdiction totale" de la plupart des produits alimentaires en provenance notamment des pays d'Europe et des États-Unis en réponse aux sanctions occidentales à l'encontre de Moscou.

Cette interdiction, d'une durée d'un an, concerne le boeuf, le porc, la volaille, le poisson, le fromage, le lait, les légumes et les fruits en provenance des États-Unis, de l'Union européenne, de l'Australie, du Canada et de la Norvège.

En 2013, les exportations de produits agricoles européens vers la Russie représentaient 11,8 milliards d'euros soit 9,9% du total des exportations de l'UE vers la Russie. Les fruits, les fromages, la viande de porc et les légumes constituent les quatre principaux secteurs agricoles d'exportation de l'UE vers la Russie pour un total de 3,7 milliards d'euros en 2013. Suivent les alcools (725 milions d'euros) et les vins (595 millions d'euros).

Diane Lacaze avec AFP