BFM Business

Journée de mobilisation pour peser sur la réforme des retraites

Dans le cortège marseillais. Les Français sont appelés à faire grève et manifester ce jeudi pour peser sur la réforme des retraites du gouvernement, qui a redonné du tonus aux syndicats et à l'opposition en annonçant la fin de la retraite à 60 ans. /Photo

Dans le cortège marseillais. Les Français sont appelés à faire grève et manifester ce jeudi pour peser sur la réforme des retraites du gouvernement, qui a redonné du tonus aux syndicats et à l'opposition en annonçant la fin de la retraite à 60 ans. /Photo - -

PARIS - Les Français sont appelés à faire grève et manifester ce jeudi pour peser sur la réforme des retraites du gouvernement, qui a redonné du...

PARIS (Reuters) - Les Français font grève et manifestent ce jeudi pour peser sur la réforme des retraites du gouvernement, qui a redonné du tonus aux syndicats et à l'opposition en annonçant la fin de la retraite à 60 ans.

Les arrêts de travail ont cependant peu perturbé les transports tandis que la grève semblait moyennement, voire faiblement suivie dans l'Education nationale (13,95%) et la Fonction publique (11,6%), selon les estimations ministérielles.

Mais l'intersyndicale (CGT, CFDT, CFTC, Solidaires, Unsa et FSU) considèrera le test réussi si le score de la journée de mobilisation du 23 mars, qui avait vu entre 380.000 et 800.000 manifester dans toute la France selon les sources, est dépassé.

Les défilés de 1995 et 2003 contre les précédentes réformes des retraites avaient réuni jusqu'à deux millions de personnes.

Les syndicats misent sur la confirmation par le ministre du Travail, Eric Woerth, du report de l'âge légal de départ à la retraite en début de semaine pour remobiliser les salariés, qui leur ont fait faux bond lors des défilés du 1er Mai.

Dans la matinée, les défilés en province attestaient d'une mobilisation en légère hausse, notamment à Marseille où 80.000 personnes ont manifesté selon les syndicats, 12.000 selon la police. Fin mars, la fourchette y était de 12.000/50.000.

Une majorité de Français (62%), particulièrement les jeunes et les 50-64 ans, se disent "prêts à manifester" pour défendre le maintien de l'âge légal de la retraite à 60 ans, selon un sondage CSA pour Le Parisien-Aujourd'hui en France.

"A ce stade, il n'y a plus que le rapport de force dans la rue pour défendre la retraite à 60 ans et les acquis sociaux auxquels Nicolas Sarkozy s'attaque méthodiquement", a répété le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault.

"UNE MANIFESTATION NE SUFFIRA PAS"

C'est la raison pour laquelle d'autres journées de mobilisation devraient suivre d'ici l'été, laissent entendre les leaders syndicaux, qui en débattront la semaine prochaine.

"Les choses vont se faire dans le temps, ce n'est pas une manifestation qui suffira", dit le secrétaire général de la CFDT, François Chérèque, dans Les Echos.

La mobilisation pourrait être amoindrie par le fait que les régimes spéciaux, déjà réformés en 2007, ne seront pas touchés dans un premier temps.

Cette décision du gouvernement, relayée par la direction de l'entreprise publique auprès de ses agents, explique sans doute la faiblesse du mouvement de grève à la SNCF, qui est traditionnellement l'un des leviers sur lesquels comptent les syndicats dans leur bras de fer avec le gouvernement.

"C'est vrai qu'aujourd'hui on joue gros", a dit sur LCI le dirigeant du Parti de Gauche, Jean-Luc Mélenchon.

Les leaders de gauche se sont tous donné rendez-vous dans la rue, de Jean-Luc Mélenchon, à Paris, au premier secrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry, dans sa ville de Lille.

Dans son contre-projet de réforme, le PS prône le maintien de l'âge légal à 60 ans, acte l'allongement de la durée de cotisation à l'horizon 2020 et veut taxer lourdement les revenus du capital pour financer les régimes de retraite.

Lors des premiers défilés dans la matinée, la mobilisation était égale ou supérieure à celle du 23 mars, avec 12.000 à 20.000 manifestants à Rouen (contre 10.000 à 15.000) ou 4.900 à Nice, selon la police, contre 4.200 le mois dernier.

A Marseille, les manifestants ont convergé vers le Vieux Port aux cris de "Sarkozy nous écoute, disons-lui qu'on ne veut pas travailler jusqu'à 70 ans".

Dans l'Education nationale, le taux de grévistes était jeudi de 16% dans le primaire et de 12,3% dans le second degré, a annoncé le ministère dans un communiqué.

Les transports sont peu perturbés. Compte tenu des préavis de grève dans le secteur aérien, les compagnies aériennes ont dû réduire leur trafic dans la matinée de 30% à l'aéroport d'Orly et 10% à celui de Roissy.

Le trafic TGV et international est normal, sauf sur les lignes Paris-Nice et Paris-Nantes (deux trains sur trois). Environ trois trains régionaux sur quatre circulent.

En région parisienne, la RATP prévoit un trafic normal sauf sur le RER B (un train sur deux). Le Transilien fonctionne à 80%.

Clément Guillou et Gérard Bon, édité par Yves Clarisse