BFM Business

Journée d'action pour l'emploi et les retraites mardi en France

Cinq syndicats appellent à une journée d'actions interprofessionnelle mardi dans toute la France pour la défense de l'emploi, du pouvoir d'achat et des retraites, le prochain grand chantier du gouvernement. /Photo d'archives/REUTERS/Christine Grunnet

Cinq syndicats appellent à une journée d'actions interprofessionnelle mardi dans toute la France pour la défense de l'emploi, du pouvoir d'achat et des retraites, le prochain grand chantier du gouvernement. /Photo d'archives/REUTERS/Christine Grunnet - -

PARIS - Cinq syndicats appellent à une journée d'actions interprofessionnelle mardi dans toute la France pour la défense de l'emploi, du pouvoir...

PARIS (Reuters) - Cinq syndicats appellent à une journée d'actions interprofessionnelle mardi dans toute la France pour la défense de l'emploi, du pouvoir d'achat et des retraites, le prochain grand chantier du gouvernement.

Deux jours après le dénouement des élections régionales, CFDT, CGT, FSU, Solidaires (Sud) et Unsa entendent remettre la pression sur le gouvernement et relancer le combat syndical.

Au premier semestre 2009, plusieurs journées d'actions avaient fait descendre jusqu'à un million de personnes dans les rues.

Pour mardi, l'intersyndicale appelle à "une mobilisation interprofessionnelle unitaire" avec "des grèves et des manifestations dans tout le pays".

Cette journée pourrait se traduire par des perturbations à la SNCF, où un préavis de grève reconductible a été déposé par Sud-Rail, dans les services publics et les établissements scolaires.

La CGT prévoit plus de 80 manifestations dans toute la France. A Paris, le cortège défilera de la place de la République à celle de la Nation.

Le SNUipp, premier syndicat dans le primaire, appelle les enseignants des écoles à se mettre en grève et promet une forte mobilisation.

"TROP DE MANIFS TUE LES MANIFS", DIT LA CFTC

Contrairement aux précédentes mobilisations, la CFE-CGC, Force ouvrière et la CFTC ont choisi de ne pas s'associer à la journée d'action, décidée après le 'sommet social' de l'Elysée, en février.

Jacques Voisin, président de la CFTC, s'en explique dans le Journal du Dimanche.

"Discutons d'abord avec le gouvernement. Si cela ne donne pas satisfaction, nous n'hésiterons pas une seconde à descendre dans la rue. Mais trop de manifs tue les manifs", dit-il.

La CGT a estimé de son côté que le résultat du premier tour des régionales marquait un "désaveu clair" pour la politique de Nicolas Sarkozy.

Selon elle, le vote intervient "dans une période où les salariés sont les principales victimes d'une crise dont ils ne sont pas responsables".

Sur le dossier des retraites, pour lequel des décisions seront prises à l'automne, les syndicats sont inquiets d'une "réforme à la hussarde" et dénoncent l'attitude du président de la République qui "s'est limité à annoncer une série de rendez-vous" lors du sommet social.

Dans un entretien paru le 11 mars dans le Figaro Magazine, Nicolas Sarkozy a confirmé que la réforme des retraites concernerait aussi bien les 21 millions de salariés du secteur privé que les cinq millions de fonctionnaires français.

Elizabeth Pineau, édité par Jean-Baptiste Vey