BFM Business

Jeroen Dijsselbloem candidat à la tête de l’Eurogroupe

BFM Business

Jean-Claude Juncker va surement passer la main au Néerlandais, qui a officialisé sa candidature, jeudi 17 janvier. Un inconnu des milieux bruxellois.

Le chef de file des ministres des Finances de la zone euro, Jean-Claude Juncker, reçoit demain, vendredi 18 janvier, à Luxembourg, son très probable successeur à la tête de l'Eurogroupe.

Jeroen Dijsselbloem a officialisé sa candidature cet après-midi, jeudi 17 janvier. Le ministre néerlandais des Finances devrait être intronisé par ses pairs lors de l'Eurogroupe, le 21 janvier prochain. Il ne connaît pas grand-chose à l'économie, mais d'autres critères ont pris le dessus.

Il y a encore deux mois, Jeroen Dijsselbloem n'était qu'un simple député, diplômé en agriculture et spécialiste des questions d'immigration et d'intégration. Début novembre, il est bombardé ministre des Finances du nouveau gouvernement néerlandais de coalition.

Inexpérience des dossiers économiques

Autant dire que le probable futur patron de l'Eurogroupe est inconnu des milieux bruxellois, mais il s'est avéré le parfait candidat par défaut, les grands argentiers de la zone euro ayant été incapables de se mettre d'accord sur un autre nom.

Tout d’abord, il vient d'un pays fondateur de l'Union européenne, mais un "petit" pays, comme le souhaitait l’Allemagne. De plus, son pays bénéfice toujours du triple A, gage de sérieux économique et financier pour les pays du nord. Et enfin, il est travailliste, il devrait donc se montrer plus souple que son prédécesseur, qui s'était illustré sur ses très abruptes sorties sur la Grèce.

Autant de critères qui ont, semble-t-il, éclipsé son inexpérience dans les dossiers économique.

Delphine Liou