BFM Business

Indesit recherche un repreneur

Indesit, le numéro trois de l'électroménager européen, recherche un groupe prêt à fusionner avec lui

Indesit, le numéro trois de l'électroménager européen, recherche un groupe prêt à fusionner avec lui - -

Le principal actionnaire du groupe d'électroménager italien a annoncé, lundi 4 novembre, vouloir céder ses parts. Plusieurs géants du secteur, dont l’américain Whirlpool, seraient intéressés. Les marchés ont apprécié la nouvelle.

Indesit tente une sortie par le haut. Le holding Fineldo, qui en contrôle 47%, compte céder ses parts, et a chargé Goldman Sachs de trouver un repreneur. Whirlpool, Electrolux, General Electrics et le turc Arcelik seraient intéressés, selon le journal italien Il Sole 24 Ore, qui avait révélé le plan de fusion avant la confirmation de Fineldo. Le président du groupe, Marco Milani, dit être en contact avec son actionnaire.

A la Bourse de Milan, la nouvelle a été appréciée. Dès les rumeurs publiées ce week-end, le titre était à la hausse. Ce qui a d'ailleurs poussé l'autorité boursière italienne à demander à Fineldo de clarifier ses intentions. A la suite de l'annonce officielle, le titre a enregistré un gain de 13,67% dans la journée du 5 novembre.

Une année difficile pour Indesit

En 2013, le groupe a souffert d’une chute de la demande en électroménager. Sur les neuf premiers mois de l’année, il a enregistré une perte de 8 millions d’euros, après une année 2012 bénéficiaire. En juin, un plan de restructuration avait été décidé et 1425 postes sur 4300 devaient être supprimés. Le 16 octobre, le fabricant annonçait encore un plan de relance, mais la direction déclare aujourd’hui avoir un autre «scénario possible prévoyant le renforcement ».

Aux problèmes de conjoncture s’ajoutent des tensions au sein de la famille du fondateur. A 80 ans et atteint d’Alzeihmer, Vittorio Merloni possède toujours l’intégralité de l’usufruit. Son tuteur légal n’a pas encore été désigné. Sa fille, Andrea Merloni, a également été éloignée de la direction, même si son père l’avait désignée comme successeur.

Joseph Sotinel