BFM Business

Impôts, retraite, chômage: ce qui pourrait changer avec la victoire de Macron

Emmanuel Macron au soir de son élection le 7 mai 2017 (image d'illustration)

Emmanuel Macron au soir de son élection le 7 mai 2017 (image d'illustration) - Patrick Kovarik - AFP

Exonération de la taxe d'habitation, fin des régimes spéciaux de retraite, augmentation de la CSG... Retour sur les cinq mesures qui devraient impacter les ménages français avec l'arrivée d'Emmanuel Macron à l'Élysée.

Élu avec 66,1% des voix, Emmanuel Macron prendra ses fonctions de président de la République dimanche 14 mai. Sous réserve de l'obtention d'une majorité parlementaire lors des élections législatives, le nouveau chef de l'État et son gouvernement pourront alors mettre en place les promesses faites par le candidat d'En Marche! lors de la campagne présidentielle.

Suppression de charges sociales et relèvement de la CSG

Le président élu propose de supprimer certaines cotisations sociales, pesant sur les salaires, en contrepartie d'une hausse de la CSG. "Ce que je veux faire, c’est supprimer les cotisations maladie et les cotisations chômage que paie le salarié" déclarait-il fin 2016. Si une telle mesure est appliquée, une personne au Smic pourrait toucher 250 euros de plus par an. Pour les retraités qui bénéficient de pensions confortables, cela devrait en revanche se traduire par une légère baisse de revenus. 

Fusionner les régimes de retraites

L'ancien ministre de l'Économie s'est engagé à "créer un vrai système universel de retraite" mettant fin "aux inégalités entre fonctionnaires et salariés du privé". En clair, chaque salarié verra ses cotisations retraite transformées en "points" qui définiront la valeur de la pension versée ultérieurement. Emmanuel Macron a affirmé vouloir "engager dès le début du quinquennat les négociations avec les partenaires sociaux". Cependant, une telle réforme n'aura pas d'effets immédiats, car "sa montée en charge complète prendra dix ans". 

Assurance-chômage et allocations 

Emmanuel Macron souhaite que l'État reprenne en main l’assurance-chômage, actuellement gérée paritairement par les syndicats et le patronat. Il souhaite également la rendre accessible à tous, y compris aux indépendants. Le RSI serait alors supprimé. En revanche, le versement des allocations sera suspendu après le refus de plus de deux offres d'emploi "décentes".

L'exonération de la taxe d'habitation étendue

Emmanuel Macron s'est engagé à étendre les conditions d'exonération de la taxe d'habitation. Accordée jusqu'à présent aux ménages les plus modestes, cette dispense pourrait désormais bénéficier aux classes moyennes. "80% de celles et ceux qui paient la taxe d'habitation" pourraient profiter de cette mesure dont le manque à gagner pour l'État serait intégralement compensé par les collectivités territoriales. 

Prime à la casse et bonus-malus écologique 

Lors de la présentation de son programme de campagne, le leader du mouvement En Marche! a émis le souhait que la France rajeunisse son parc automobile. Pour y parvenir, Emmanuel Macron promet une mise à jour de la "prime à la casse" prenant la forme d'une subvention de 1.000 euros accordée à tout automobiliste mettant au rebut son ancien véhicule au moment où il acquiert une voiture neuve ou d'occasion mais moins polluante. En parallèle, il garantit la pérennité du système de bonus-malus écologique distinguant les automobiles émettant le plus de CO2 de celles plus respectueuses de l'environnement.

Sami Bouzid et Antonin Moriscot