BFM Business

Immobilier / Pinel : pourra-t-on toujours louer à sa famille ?

-

- - PASCAL GUYOT / AFP

Les professionnels du bâtiment s'inquiètent. L'une des dispositions du Pinel permet aux propriétaires de louer leur bien à un membre de leur famille. Cette disposition est aujourd'hui menacée. Le gouvernement semble les avoir entendus.

Une fois de plus, les promoteurs ont des sueurs froides. Un amendement défendu par le rapporteur du Budget Joël Giraud (LREM) en Commission des Finances à l'Assemblée nationale le 7 novembre dernier, prévoit de supprimer l'avantage fiscal du Pinel quand le propriétaire loue son bien à ses enfants ou à ses parents. Un avantage qui n'existait pas auparavant, notamment avec le Duflot.
On ne connaît pas exactement le nombre d'investisseurs concernés par la mesure aujourd'hui sur la sellette. Mais les professionnels du secteur sont formels : le risque est psychologique. Dès qu'on touche un tant soit peu au dispositif, la sanction est immédiate ! Par exemple, récemment, un doute sur un éventuel décalage d'un an de l'avantage fiscal suite au prélèvement à la source a fait plonger les investissements locatifs.

Un investissement locatif déjà en baisse

L'amendement de Joël Giraud serait donc perçu comme un retour en arrière. De quoi mettre un coup de frein au Pinel et donc en bout de chaîne, à la construction. Le Pinel représente environ la moitié des ventes des promoteurs. Un coup d'autant plus rude que les ventes de logements neufs montrent déjà des signes de ralentissement (-17,3% au troisième trimestre sur un an) et que les conditions d’octroi de crédits immobiliers ont tendance à se durcir.

« La baisse de l'investissement locatif se confirme. Plus que jamais, ce marché a besoin de confiance. Dans ce contexte, les mauvais signaux sont très inopportuns », note la présidente de la Fédération des Promoteurs Immobiliers, Alexandra François-Cuxac.

Pour les professionnels du secteur, la coupe est effectivement pleine. Ils estiment que leur secteur est celui auquel le gouvernement a demandé de faire le plus d’efforts. Avec entre autre la baisse des APL, ou encore l’ISF non pas totalement supprimé, mais recentré uniquement sur le patrimoine immobilier. Bercy, visiblement, a bien reçu le message et promet de s'opposer à cet amendement.