BFM Business

Hollande place-t-il ses amis politiques?

-

- - Alain Jocard-AFP

L’Elysée a annoncé mardi qu’il proposait François Villeroy de Galhau comme gouverneur de la Banque de France. Une nomination qui ne devrait pas poser de problèmes politiques. Mais François Hollande qui a promis une "république exemplaire" aura du mal à respecter cette promesse dans les prochains mois.

Plus on va se rapprocher de la présidentielle der 2017, plus la question des nominations au sommet de l'Etat va devenir un casse-tête pour le locataire de l’Elysée. Il va être accusé par l’opposition de placer ses copains politiques. C'est de bonne guerre. 

La nomination de François Villeroy de Galhau comme gouverneur de la Banque de France devrait passer presque comme une lettre à la poste en raison des compétences de l’ancien directeur de cabinet de DSK à Bercy passé ensuite par BNP Paribas.

Mais cela risque d’être plus sportif ensuite. Une autre nomination devrait faire beaucoup de bruit à la fin de l’année: François Hollande envisage en effet de nommer l’ancien premier ministre socialiste Lionel Jospin à la présidence du Conseil constitutionnel en remplacement du très chiraquien Jean-Louis Debré dont le mandat arrive à son terme.

Certes Jospin est déjà membre du conseil constitutionnel, mais on imagine déjà comment l’opposition pourra utiliser ce choix.

Recaser et remercier

D’autant que certaines nominations récentes de François Hollande ne plaident pas dans le sens de cette république exemplaire qu’il revendique. En quelques semaines, l’ancienne ministre PS Marie-Arlette Carlotti, candidate malheureuse à la mairie de Marseille en 2014, a été propulsée à la tête du Haut comité pour le logement des personnes défavorisées. Une autre ex-ministre socialiste, Dominique Bertinotti, a été nommée, elle, au Conseil d’Etat. Le député socialiste François Brotte, est devenu patron de RTE ( le réseau de transport d'électricité), même si sa connaissance du secteur de l’énergie est reconnue par tous.

Et maintenant, c’est la patronne de l’Institut national de la consommation (INC) de Bercy qui est discrètement débarquée, visiblement pour laisser la place à un ancien membre d’un cabinet socialiste.

Et au lendemain du remaniement annoncé pour l’après régionales de décembre, il y aura sans doute quelques autres amis à recaser ou récompenser. Finalement il n’y a qu’une nomination qui ne fera pas polémique puisqu’elle n’aura pas lieu : celle de l’actrice Julie Gayet au jury de la villa Médicis de Rome comme la rumeur avait circulé un temps...

P.C