BFM Business

Hollande: "il ne s'agit pas de faire un contrôle tatillon sur le Pacte de responsabilité"

François Hollande se rend sur Canal Plus pour parler aux jeunes.

François Hollande se rend sur Canal Plus pour parler aux jeunes. - Philippe Wojazer - Pool - AFP

Retrouvez ici toutes les annonces de François Hollande, interviewé ce dimanche par Maitena Biraben dans "Le Supplément" de Canal Plus.

Le président de la République était l'invité du Supplément sur Canal+ ce dimanche 19 avril à 12h30. Une émission politique décalée, regardée par une catégorie de population moins âgée que celles des autres émissions de ce type. François Hollande s'y est adressé aux jeunes, qu'il présentait pendant sa campagne comme la priorité de son quinquennat.

Après une défaite cuisante du PS aux Départementales, et une nouvelle chute dans les enquêtes de popularité, le chef de l'Etat a tenter de reprendre la main à quelques jours de la date anniversaire de ses trois ans au pouvoir. Il a notamment annoncé une prime d'activité destinée aux moins de 25 ans, d'au moins 130 euros par mois. Retrouvez ici ses déclarations, minute par minute. 

14h12 - Sur Arnaud Montebourg "j'aurais préféré qu'il soit dans cette équipe, c'est une chance formidable d'être dans cette équipe gouvernementale". Quand ce dernier l'accuse d'être responsable du chômage, François Hollande rétorque "qu'il a travaillé deux ans (au gouvernement), il sait ce qui a été décidé. S'il n'en était pas satisfait, il pouvait partir plus tôt". 

14h09 - Si Christiane Taubira n'était pas heureuse dans le gouvernement, "elle serait partie", estime le président après que la ministre de la justice ait encore fait l'objet d'attaques au moment de l'affaire de la petite Chloé

13h54 - Son rôle dans la crise russo-ukrainienne. Vladimir Poutine, "je le connais maintenant depuis trois ans, le moins qu'on puisse dire c'est qu'il est direct, et qu'il ne cache pas son jeu". Quant à la livraison du Mistral, "nous sommes en train de discuter pour trouver une solution de sortie de crise".

13h49 - Sur les négociations entre partenaires sociaux et l'implication du patronat. "L'évaluation (des 40 milliards de baisses de charge) aura lieu à la fin de l'année. il ne s'agit pas de faire un contrôle tatillon, mais de veiller -puisque ce pacte s'appelle le pacte de responsabilité- à ce que chacun prenne ses responsabilités"

13h48 - Mieux payer les salariés mais assouplir leur conditions de licenciement, serait-ce envisageable par la gauche? "Mieux payer les salariés me paraît être une bonne idée. Mais donner de la précarité, je ne crois pas. Car comment les salariés peuvent consommer? Comment les entreprises peuvent investir?" 

13h46 - Le CDI est-il intouchable? A cette question, le président botte en touche "le CDI est touché tous les jours, puisque 90% des jeunes rentrent en CDD". Il faut donc que les CDD puissent devenir plus rapidement des CDI et que les CDI ne soient plus vus par les employeurs comme un risque". Ainsi "on va dire qu'en cas de contentieux, les prud'hommes auront 6 mois maximum pour se prononcer", détaille-t-il. En outre, "les indemnités de licenciement seront d'ores et déjà fixées dans un barème". "Si les conditions de la rupture sont plus connues, c'est plus facile". 

-
- © Philippe Wojazer - Pool - AFP

13h42 - "Le Front national n'est pas en situation pour l'instant d'être au deuxième tour des présidentielles". Il n'est "pas un parti républicain mais un parti dans la République", mais quand bien même, il débattrai avec Marine Le Pen s'ils étaient tous deux au second tour car "les conditions du débat sont nécessaires, et il faut débattre encore davantage". Lui n'est pas en mesure de le faire mais il demande "à tous ceux qui le peuvent d'y aller".

13h40 - Si une réforme de la proportionnelle et des institutions intervient, ce sera au cours de l'année 2016, indique François Hollande, qui embraye sur "la lenteur du Parlement". "La question de la rapidité de la décision est très importante en démocratie", assène-t-il. 

13h38 - "Marine Le Pen parle comme un tract du parti communiste des années 70. Sauf que le PC ne demandait pas qu'on chasse les étrangers et les pauvres". Elle a, selon le président, "les même références que son père lorsqu'il s'agit de montrer du doigt l'Europe, les étrangers". "Si l'on fermait les frontières, ce serait pire encore". 

13h36 - Sur les Français passés du PS au FN: "la seule priorité pour ces gens est qu'on puisse apporter plus d'emploi". Ces catégories, qui sont souvent celles qui se plaignent de l'assistanat, "il faut leur dire qu'il ont le droit au RSA, que c'est aussi cela le système de solidarité". 

13h34 - Le chef de l'Etat saisira en personne le Conseil constitutionnel au terme de la discussion parlementaire sur le Projet de loi sur le renseignement. "Ce dernier pourra regarder si ce texte et ses dispositions sont bien conformes à la Constitution". 

13h31 - Sur le projet de loi sur le renseignement : "cette loi est fait pour nous protéger tous, et nous permettre d'être en liberté. Si les terroristes parvenaient à nous faire voter des lois qui mettraient en cause les principes absolus de notre vie, ils auraient d'une certaine façon gagné. On ne tient pas à ce que nos conversations soient enregistrées, et personne ne pourra le faire sans demander une autorisation à une commission composée de parlementaires de magistrats et de spécialistes des technologies", assure le président. "Personne ne vous écoutera sauf s'il y a eu un certain nombre de suspicions sur vos activités terroristes ou sur vos liens avec des individus dans ce cas". 

13h26 - Sur sa vie privée: les informations de Closer et de Voici "n'existent pas pour moi. C'est un type d'information qui me touche, mais qui ne doivent pas me concerner, c'est une intrusion dans la vie privée. je ne fais pas de procès, mais je fais le silence". 

13h24 - La "grande réforme" sociale du quinquennat sera le compte personnel d'activité. "J'ai voulu créer le capital de ceux qui travaillent", avec le compte personnel de formation. Ainsi "à mesure qu'on avance dans la vie active, on se verra doter d'un certain nombre de crédit de formation".

13h22 - Un dispositif de soutien à l'apprentissage: "il faut à la fois inciter les jeunes et leur parents à prendre ce risque, et aider les employeurs à prendre des apprentis, notamment les mineurs", ceux qui sont sorti de l'école sans diplôme. "Un employeur ne paiera plus aucune charge lorsqu'il embauchera un apprenti mineur" annonce le président, à partir de la rentrée scolaire prochaine.

13h19 - La prime d'activité concernera "tous les Français". Mais contrairement au RSA activité, ceux de moins de 25 ans pourront la toucher. d'autant que ce sont "précisément les plus précaires". Le RSA activité va d'ailleurs disparaître pour lui laisser la place car, un grand nombre de Français qui y avaient droit ne la réclamait même pas. Le nouveau dispositif sera beaucoup plus clair, beaucoup plus simple, beaucoup plus incitatif". La mesure coûtera "4 milliards", indique le président.

13h15 - Des détails sur la prime d'activité: "pour inciter à la reprise du travail", de certains individus qui "sont dans le refus de revenir au travail parce que cela signifie pour eux une baisse de revenus, paradoxalement". C'est pour cela que le gouvernement va mettre en place une "prime d'activité pour toutes les personnes qui sont dans ce qu'on appelle les petits boulots, l'intérim, le temps partiel". De quoi rendre "avantageux de travailler", de faire que "le travail soit valorisé". 

13h10 - Je ne cesserais pas, jusqu'au bout, de faire des réformes pour qu'il y ait plus d'emploi", assure le président. Il évoque la loi Macron et ses mesures comme le travail du dimanche. il mentionne aussi une mesure pour favoriser l'investissement des entreprises, entrée en vigueur le 15 avril. Concrètement "l'impôt sur les bénéfices sera plus bas pour les entreprises qui investissent".

13h08 - Sur le mariage pour tous: "vous entendez aujourd'hui quelqu'un remettre en cause" cette mesure? demande le président, rappelant les propos de représentants de la droite qui promettait d'abroger la loi

13h06 - Sur le retournement de la courbe du chômage. "Le doute s'installe dans le pays. Je dois mettre un terme à ce processus. C'est long". Ses premières mesures ont été économiques, assure-t-il. 

13h04 - Des images sont "plus rudes que d'autres", souligne le président, comme celles de la guerre au Mali, celle du terrorisme "ce qui s'est produit à Paris et le rassemblement exceptionnel" qui a suivi. Une image qui "restera, pour la France et pour le monde entier"

13h02 - 3 minutes pour balayer trois années. Le président assiste à un magneto résumant les moments forts de ses trois années de pouvoir. Des images défilent de l'affaire Cahuzac, Leonarda, la guerre au Mali, sa séparation avec Valérie Trierweiler, les attentats du 7 janvier... 

13h00 - "Nous étions dans un climat de doute, d'incertitude, qu'il fallait changer", souligne le président à propos de son investiture. Il promet qu'il travaillera jusqu'aux dernières minutes de son quinquennat. 

12h57 - "Je ne peux pas me livrer en spectacle, je ne peux pas me livrer à une sorte de familiarité", déclare le président à propos de ses deux personnalités, publique et privée.

12h54 - Aux Français déçus, Hollande dit "se battre pour les deux années qui me restent pour faire baisser le chômage et pour une France plus juste". "Je vois bien qu'il y a des attentes, des colères, des résignations"

12h51 - "Nous devons augmenter le nombre de bateaux et de survols, et lutter de manière plus intense contre les bateaux", en réaction à un nouveau drame en méditerranée, où 700 migrants auraient péri en tentant de rejoindre l'Europe. Pour le président, les passeurs sont des "trafiquants, des terroristes".

12h30 - Le "Supplément" commence. Un premier reportage montre comment les journalistes de Canal+ ont suivi le président pendant une semaine.

Dès midi, l'Elysée commençait le "teasing" de l'émission.

>> L'ESSENTIEL

- A quelques jours de ses trois ans de mandat, le président a été interviewé sur Canal+

- Dans "Le Supplément", une émission "d'infotainment" pour décrasser la communication politique

- Il a parlé en particulier aux jeunes et annoncé la création d'une prime mensuelle pour les actifs de moins de 25 ans

N.G. et D. N.