BFM Business

Hollande en Grèce : croissance et solidarité au programme

La Grèce illustre les limites d’un modèle : celui de l’austérité à tout prix.

La Grèce illustre les limites d’un modèle : celui de l’austérité à tout prix. - -

Le président français se rend à Athènes mardi 19 février. Dans ce pays rongé par la récession et l’austérité, il va prôner la relance par la croissance auprès des milieux professionnels franco-grecs.

François Hollande se rend mardi 19 février à Athènes. Une visite très symbolique à travers laquelle la France veut mettre en avant les moyens de renouer avec la croissance.

L’entourage du président français de la République estime d’ailleurs qu’il faut tourner la page du sauvetage de la Grèce. La seule priorité de l’Elysée, en se rendant dans la capitale grecque, est de parler croissance. Un message loin d’être anecdotique.

Le chef de l'Etat va rencontrer les milieux d'affaires franco-grecs. Sur la forme, ce n'est donc pas un créancier qui vient demander des comptes, explique une source diplomatique française. Il s'agit plutôt de montrer un chef d'Etat venant chercher les moyens de soutenir l'activité grecque en panne.

L'Europe ne lâchera pas les Grecs

Croissance et solidarité sont ainsi les deux thèmes de la visite de François Hollande. Il vient dire aux Grecs que l’Europe ne les lâchera pas. Il avait tenu ce discours le jour même de son investiture, quand il s’est rendu à Berlin pour négocier un volet croissance à ajouter au Pacte de stabilité européen.

Aujourd’hui, la situation est grave. La Grèce illustre les limites d’un modèle : celui de l’austérité à tout prix, qui a eu pour effet la récession. Les dernières statistiques indiquent qu’à la fin de l’année, un Grec sur trois pourrait se retrouver sous le seuil de pauvreté…

Mathieu Jolivet