BFM Business

Grèce: pas d'autres mesures d'austérité nécessaires, selon Christine Lagarde

Christine Lagarde, la directrice du FMI, estime que les mesures d'austérité déjà déidées en Grèce sont suffisantes.

Christine Lagarde, la directrice du FMI, estime que les mesures d'austérité déjà déidées en Grèce sont suffisantes. - -

La directrice du Fonds monétaire international (FMI) a affirmé, dimanche 20 janvier, que d'autres mesures d'austérité n'étaient pas nécessaires en Grèce, si les réformes décidées étaient appliquées.

Les mesures prises dans le cadre du plan de sauvetage de la Grèce pourraient être suffisantes, estime Christine Lagarde dans un entretien au quotidien local Kathimerini. "Mais si les réformes ne sont pas appliquées (...) alors d'autres mesures d'austérité seront nécessaires", prévient tout de même la directrice-générale du Fonds monétaire international (FMI).

La Grèce entre dans sa sixième année consécutive de récession et a besoin de l'assistance financière du FMI et de l'Union européenne pour ne pas faire faillite.

Depuis 2010, l'UE et le FMI ont engagé 240 milliards d'euros d'assistance financière à la Grèce, le FMI débloquant la semaine dernière une nouvelle tranche de 3,2 milliards d'euro dans le cadre de son programme en cours.

La Grèce "tient son avenir entre ses mains"

"La Grèce tient son avenir entre ses mains. C'est au pays lui-même de réussir", a affirmé Christine Lagarde, estimant que la présence de trois partis au sein de la coalition gouvernementale profite au pays. "Concernant l'application du programme et l'engagement face à la population, une coalition large est beaucoup plus importante qu'une majorité étroite", a-t-elle souligné.

La coalition du Premier ministre conservateur a perdu 16 députés depuis son arrivée au pouvoir en juin en raison de la forte opposition à son programme d'austérité. Elle dispose actuellement de 163 sièges sur 300.

BFMbusiness.com et AFP