BFM Business

Grèce : Hollande croit au retour des entreprises françaises

François Hollande doit rencontrer à Athènes les milieux d’affaires, dès le 19 février.

François Hollande doit rencontrer à Athènes les milieux d’affaires, dès le 19 février. - -

Dans une interview à un quotidien grec, lundi 18 février, le président français affirme croire aux investissements des entreprises françaises dans le pays.

A la veille de son déplacement à Athènes, François Hollande a accordé une interview au quotidien grec Ta Nea daté de lundi 18 février. Il y affiche sa solidarité, mais aussi une ambition pour renforcer la présence économique française en Grèce.

Interrogé sur son sentiment face à l’austérité en Grèce, le président français répond par un message de solidarité. "Je refuse une Europe qui condamnerait les pays à une austérité sans fin", dit-il au quotidien athénien de tendance socialiste.

Les journalistes font alors remarquer au chef de l’Etat que de grandes entreprises françaises, comme le Crédit Agricole, Société générale ou encore Carrefour quittent la Grèce. François Hollande répond que dans un premier temps, la France a agi pour que le doute soit levé sur le maintien de la Grèce dans la zone euro. Maintenant, c’est au secteur privé de prendre le relais, répond-il.

Une rencontre avec les professionnels franco-grecs

Le chef de l’Etat lance en somme un appel aux investisseurs français pour qu’ils saisissent toutes les opportunités qui s’offrent à eux. François Hollande devrait encore marteler ce message mardi, où il doit rencontrer à Athènes les milieux d’affaires franco-grecs.

Est-ce un simple affichage ou une réelle ambition du gouvernement français ? Le chef de l'Etat assure en tout cas aux auteurs de l’article ne pas douter que les grandes entreprises françaises, en particulier celles qui sont positionnées sur le secteur de l’eau ou de l’énergie, participeront aux prochains appels d’offres en Grèce…

Mathieu Jolivet