BFM Business

Grande première: la Grèce va faire payer plus d'impôts aux armateurs

Les armateurs grecs conservent toutefois un régime fiscal très avantageux

Les armateurs grecs conservent toutefois un régime fiscal très avantageux - -

Le gouvernement grec a trouvé un accord avec les armateurs, ce 11 janvier, pour alourdir la fiscalité des bateaux battant pavillon étranger.

En Grèce, les armateurs de bateaux vont devoir payer plus d'impôts. Un accord à l'amiable a été trouvé, ce vendredi 11 janvier, entre le gouvernement et les armateurs. La réforme du régime fiscal très avantageux du secteur figure dans le projet de loi qui doit être adopté cette nuit. C'est une première.

Désormais, les bateaux battant pavillon étranger, mais gérés par des sociétés installées en Grèce, devront passer à la caisse. Ce qui représente deux tiers de la flotte grecque. De quoi rapporter environ 100 millions d'euros par an aux autorités grecques.

Un régime quasi-intouché depuis 1955

Ils seront soumis au même régime que les autres armateurs. Mais ce régime reste très avantageux. L'immunité fiscale est, en effet, inscrite dans la constitution. Pas d'impôt sur les bénéfices, juste une taxe forfaitaire assise sur la capacité du navire. Un régime quasi-intouché depuis 1955.

C'est aussi un secteur qui pèse lourd dans le pays : 6% du PIB grec, devant le tourisme. Et la Grèce est la première flotte mondiale. En clair, un des rares secteurs qui tiennent encore debout dans le pays. Le gouvernement doit donc jouer serré. Le risque: faire fuir les armateurs qui peuvent changer de régime fiscal en un clin d'œil.

Alexis Pluyette