BFM Business

Gattaz critique Fillon et juge "intéressant" le projet de Macron

Pierre Gattaz a critiqué l'objectif de Fillon de réduire de 500.000 le nombre d'emplois dans la fonction publique

Pierre Gattaz a critiqué l'objectif de Fillon de réduire de 500.000 le nombre d'emplois dans la fonction publique - Éric Piermont - AFP

Le président du Medef a critiqué l'objectif de réduction des effectifs de la fonction publique du représentant de la droite à l'élection présidentielle. Il a revanche jugé "intéressant" le discours du leader d'En Marche!

Il est rare que Pierre Gattaz prenne la parole pour dire que des mesures d'économies vont trop loin. Cela a pourtant été le cas mardi 17 janvier lors d'une conférence de presse.

Interrogé sur les différents programmes des candidats à l'élection présidentielle, le président du Medef a passé en revue les mesures des acteurs du futur scrutin. Il a notamment invité François Fillon, qui compte réduire de 500.000 le nombre d'emplois publics entre 2017 et 2022, à nuancer ses propos. 

"Vous mettez le feu au pays"

"Dit comme ça, vous mettez le feu au pays, aux fonctionnaires. Ce n'est pas bon", a-t-il déclaré.

"L'objectif quantitatif est louable à terme, c'est possible mais (...) il faut le faire avec les fonctionnaires eux-mêmes", a-t-il ajouté. "Il y a des endroits où il faudra sans doute renforcer et d'autres où on sait qu'il y a de la gabegie, il y a de la démotivation, des problèmes de management, de processus et ça, il faut les détecter (...) avec les fonctionnaires", a-t-il poursuivi.

Pierre Gattaz juge ainsi que "ces 500.000 fonctionnaires de moins, ils se feront presque naturellement, par des départs en retraite qui ne sont pas remplacés par exemple, par l'utilisation de l'outil numérique (...). Et là vous le faites naturellement en marchant sans créer de drame absolu".

"Emmanuel Macron a une autre approche"

Il a par ailleurs implicitement critiqué la volonté de François Fillon de laisser filer le déficit public au début du mandat, affirmant qu'il "faut absolument respecter" la règle européenne des 3% de déficit. François Fillon prévoit, en effet, 4,7% en 2017 et 4,5% en 2018.

En revanche, Pierre Gattaz s'est montré plus enthousiasmé par Emmanuel Macron, qui lui n'a pas encore complètement levé le voile sur son programme.

"Emmanuel Macron a une autre approche. Je trouve que c'est tout à fait intéressant, ce qu'il dit", a-t-il indiqué. "Le problème, c'est qu'il faut vraiment qu'il rentre dans le détail des programmes maintenant", a-t-il toutefois souligné. "Il y a beaucoup de belles choses, mais concrètement ça donne quoi? Sur la fiscalité, sur le social, sur la simplification et sur l'éducation..."

"Nous attendons des propositions un peu plus concrètes, détaillées, de la part de façon générale de tous les candidats, mais j'en attends de la part d'Emmanuel Macron", a-t-il insisté.

J.M. avec agences