BFM Business

François Fillon "extrêmement fier" du statut d’autoentrepreneur

François Fillon estime que le statut d'autoentrepreneur est "la clé de l'économie de demain".

François Fillon estime que le statut d'autoentrepreneur est "la clé de l'économie de demain". - Alain Jocard - AFP

Alors que s’ouvre mercredi le salon des entrepreneurs, François Fillon était l’invité de BFM Business. L’ancien Premier ministre s’est livré à un vibrant plaidoyer en faveur des autoentrepreneurs.

S’il accuse actuellement un retard conséquent sur ses adversaires, François Fillon n’a pas abandonné la course en vue de la primaire à droite. Et compte bien sur le monde de l’entreprise pour inverser la tendance, à la faveur d’un programme taillé sur mesure pour les petites structures.

Invité de BFM Business quelques heures avant de présenter officiellement ses propositions, l’ancien Premier ministre en a profité pour faire l’éloge des autoentrepreneurs. Tout en n’oubliant pas d’égratigner Nicolas Sarkozy qui, réagissant à la grogne des artisans, avait qualifié ces derniers de "caillou dans (sa) chaussure".

"C’est exactement ce qui me distingue de la démarche de Nicolas Sarkozy. Je pense qu’il faut radicalement changer de logiciel, qu’il faut arrêter de systématiquement protéger tout ce qui existe au détriment de l’innovation, de la création, du mouvement de la société", a-t-il déclaré. "Les autoentrepreneurs, j’en suis au contraire extrêmement fier, je pense que c’est l’une des mesures les plus emblématiques que mon gouvernement a pu prendre".

"La clé de l'économie de demain"

Et si le statut devait être modifié à la marge, "les ajustements doivent consister à transformer les artisans en autoentrepreneurs, et pas l’inverse. Il faut progressivement alléger les contraintes qui pèsent sur les autres métiers".

"L’autoentrepreneur, c’est à la fois une incitation très puissante à créer son entreprise, mais aussi l’amorce du statut qui pourrait répondre aux besoins de la nouvelle économie", a-t-il martelé. "Il y a beaucoup de Français qui vont se mettre à leur compte et qui vont louer leurs services à des entreprises. Même s’il reste des corrections à faire, l’idée de l’autoentrepreneur est la clé de l’économie de demain".

Y.D.