BFM Business

François Chérèque met en garde Eric Woerth sur les retraites

Au lendemain de la nomination d'Eric Woerth à la tête du ministère du Travail, le secrétaire général de la CFDT François Chérèque a estimé qu'on ne pouvait pas réformer les retraites avec uniquement des objectifs financiers. /Photo d'archives/REUTERS/Miro

Au lendemain de la nomination d'Eric Woerth à la tête du ministère du Travail, le secrétaire général de la CFDT François Chérèque a estimé qu'on ne pouvait pas réformer les retraites avec uniquement des objectifs financiers. /Photo d'archives/REUTERS/Miro - -

PARIS - On ne peut pas réformer les retraites avec uniquement des objectifs financiers, a estimé le secrétaire général de la CFDT François Chérèque,...

PARIS (Reuters) - On ne peut pas réformer les retraites avec uniquement des objectifs financiers, a estimé le secrétaire général de la CFDT François Chérèque, dans une mise en garde au nouveau ministre du Travail.

Eric Woerth, ministre du Budget jusqu'alors, a été promu lundi au poste de Xavier Darcos lundi à la faveur d'un mini-remaniement décidé par Nicolas Sarkozy après la défaite de la droite aux régionales.

Il sera chargé de piloter la réforme des retraites dont le chef de l'Etat a fait son chantier prioritaire en 2010.

"Si M. Woerth fait la réforme de la retraite comme il a fait la réforme de l'Etat uniquement avec des objectifs financiers et qu'il ne tient pas compte des éléments d'égalité, ça augure de lendemains difficiles", a dit François Chérèque sur France 2.

"Si le gouvernement ne veut pas entrer dans cette logique uniquement financière, il faut d'abord réduire les inégalités", a ajouté le dirigeant de la CFDT, qui a regretté l'instabilité à la tête du ministère du Travail.

"Le signe qui est donné c'est que c'est la quatrième fois qu'on change de ministre du Travail en trois ans. Pour un président de la République qui avait fait de la valeur travail sa priorité des priorités, j'ai l'impression qu'il néglige un petit peu le travail", a déploré François Chérèque.

"Il considère le ministère du Travail comme un petit ministère technique où on peut changer de ministre tous les six mois. Ce n'est pas bon quand il n'y a pas de stabilité dans les politiques", a-t-il souligné.

Laure Bretton, édité par Jean-Stéphane Brosse