BFM Business

"On ne vend pas des armes comme des baguettes de pain"

La ministre des Armées est revenue sur les conditions auxquelles la France vend des armes aux pays étrangers.

Un drame humanitaire se joue au Yemen, où les forces pro-gouvernementales soutenues par l'Arabie Saoudite cherchent à reprendre aux rebelles chiites, proches de l'Iran, toute une partie du Yémen. Interrogée sur les armes utilisées dans ce conflit par les belligérants, Florence Parly, ministre des Armées a apporté quelques précisions quant à l'implication de la France en la matière: "Nous avons vendu il y a longtemps des armes à l'Arabie Saoudite et aux Emirats Arabes unis. Mais à ma connaissance les armes que nous avons vendu récemment ne sont pas utilisées contre les populations civiles".

Elle assure ne pas pouvoir être plus affirmative sur les armes vendues "il y a plus de 20 ans". La France est aujourd'hui un fournisseur modeste de l'Arabie Saoudite, souligne-t-elle.

Les ventes d'armes soumises à autorisation

Interrogée sur les processus mis en place lors de vente à des pays étrangers, Florence Parly rappelle avoir été auditionnée par l'Assemblée nationale il y a quelques mois: "Mes prédécesseurs ont fourni au parlement, c'est une obligation, des informations sur les exportations d'armement".

"Je comprends les questions des Français, qui se demandent à quoi cela sert-il de vendre des armes. Mais, comme je l'ai dit aux Parlementaires, on ne vend pas des armes comme des baguettes de pain", souligne la ministre.

Les ventes d'armes sont interdites "sauf autorisation expresse", précise la ministre. "Elle est délivrée après un examen extrêmement rigoureux et minutieux", ajoute Florence Parly. Parmi les critères pris en compte il y a le respect du droit international militaire. "Si on vend des armes, c'est qu'il y a des raisons sérieuses, comme une raison de sécurité géopolitique. Nous sommes engagés avec d'autres dans la lutte contre le terrorisme. Nous vendons des armes à des partenaires qui sont engagés comme nous dans la lutte contre le terrorisme", conclut-elle.

La souveraineté de l'Europe passe aussi par une autonomie en matière de sécurité. C'est l'un des enjeux que vise la France au travers de l'exportation d'armes. "Quand nous vendons des armes nous permettons aussi à nos industries de défense et à notre base technologique industrielle non seulement française mais européenne d'être moins dépendantes d'autres pays, fait valoir Florence Parly sur BFMTV-RMC.

C.C.