BFM Business

Le gouvernement renonce à augmenter la "taxe Covid" payée par les complémentaires santé

Olivier Véran se donne jusqu'à septembre avant d'imposer la vaccination aux soignants, en particuliers ceux qui travaillent dans les Ehpad

Olivier Véran se donne jusqu'à septembre avant d'imposer la vaccination aux soignants, en particuliers ceux qui travaillent dans les Ehpad - GAIZKA IROZ © 2019 AFP

Le gouvernement n'augmentera pas la "taxe Covid" payée par les mutuelles pour compenser les profits réalisées pendant la crise sanitaire. Elle devrait donc rapporter 1,5 milliard d'euros sur deux ans.

Le gouvernement met fin au bras de fer avec les complémentaires santé. Selon nos informations, l’exécutif renonce finalement à augmenter le montant de la "taxe Covid", cette contribution exceptionnelle que les mutuelles doivent payer depuis un an pour soutenir la Sécurité sociale.

La création de cette taxe actée en août 2020 a été présentée à l'époque comme "une récupération des montants qui n’ont pas été déboursés" par les complémentaires pendant la crise sanitaire en raison de la chute des dépenses de santé durant les confinements et de la prise en charge à 100% par l’Assurance maladie de certains actes (téléconsultations, tests de dépistage).

Gel des cotisations en contrepartie

Cette contribution devait rapporter 1,5 milliard d’euros en deux ans avant que le gouvernement ne songe à l’alourdir à hauteur de 500 millions d’euros supplémentaires, provoquant sans surprise la colère des mutuelles.

Mais celles-ci ont finalement obtenu gain de cause puisque l’exécutif semble s’être rangé aux arguments des fédérations, en particulier sur les reports de soins de 2020 sur 2021. En effet au premier semestre, les dépenses médicales en ville ont bondi de plus de 5% par rapport à la même période en 2019.

C’est ce qui aurait convaincu le ministère de la Santé de ne pas reprendre à travers la "taxe Covid" la totalité des économies réalisées par les mutuelles l’an dernier. Une décision qui sera communiquée officiellement lors de la présentation du projet de loi de finance de la Sécurité sociale dans dix jours. Mais en contrepartie, le gouvernement appelle les complémentaires à prendre leurs responsabilités en gelant le niveau des cotisations. Une façon de restituer le surplus d’économies aux adhérents…

Hélène Cornet avec Paul Louis