BFM Business

Guillaume Pepy: "Le nombre d’incidents de sécurité sur le réseau SNCF s’est réduit de 30% en 3 ans"

Le PDG de la SNCF a réagi ce matin sur RMC et BFMTV à un rapport indépendant paru cet été, qui pointait des anomalies de sécurité sur le rail en France. "Ce rapport n’a relevé aucun écart dangereux", a-t-il affirmé.

L'EPSF, l’établissement indépendant qui analyse la sécurité du réseau ferroviaire, a publié cet été un rapport dont les conclusions pointent de nombreuses anomalies. Comme des écarts sur les voies ferrées, similaires à ceux qui ont joué un rôle dans l’accident de Brétigny-sur-Orge en 2013. Sur BFMTV et RMC ce jeudi, le dirigeant de la SNCF, Guillaume Pépy, a tenu à rassurer les usagers du rail.

Le patron de la SNCF a d’abord remis en perspective le document paru dans la presse cette été, qui n’était qu’un rapport partiel censé demeurer confidentiel. "Des rapports d’inspection, on en a environ cinquante chaque année. Ils sont utiles: ils permettent de savoir, kilomètre par kilomètre, si l’état de la voie comporte des défauts", a expliqué Guillaume Pépy.

Un plan d'action "engagé"

En l’occurrence, le dernier rapport de l’EPSF "a noté deux types de défaut, un peu comme au contrôle technique automobile. Il y a des défauts acceptables", qu’il faut réparer mais sans urgence, a décrypté Guillaume Pépy. "Et puis il y a les défauts inacceptables. Par exemple, le rapport relève qu’un certain nombre de vérifications, d’inspections qui devaient être faites à telle date, n’ont pas été faites".

Sur ce dernier sujet, le patron de la SNCF reconnait les responsabilités de son groupe et assure que le président de la filiale SNCF réseau "a pris le taureau par les cornes" et "déjà engagé les plans d’action".

Mais surtout, Guillaume Pépy a martelé un message qui, selon lui, n’a pas été assez relayé : "C'est que le rapport n’a relevé aucun écart qui soit dangereux. S’il y en avait eu un seul sur les 33.000 kilomètres de rails, l’établissement de sécurité ferroviaire aurait arrêté la circulation. Donc moi, l’engagement que je prends devant vous, c’est que sur la sécurité on ne transige jamais".

Et d’ailleurs, le patron de la SNCF l’affirme, ces dernières années "l’état de sécurité du réseau français s’améliore". Il en veut pour preuve le relevé des incidents auquel procède la SNCF avec l’établissement de sécurité du rail, une liste consultable sur le site internet de la SNCF. "Depuis trois ans, le nombre d’incidents s’est réduit de 30%", se félicite le PDG du groupe. Et de conclure que "l’état de sécurité s’améliore, mais il reste du travail".

Nina Godart