BFM Business
France

Emmanuel Macron: les demandeurs d'emploi qui ne cherchent pas activement "verront leurs allocations suspendues"

Emmanuel Macron annonce que Pôle Emploi va d'abord passer en revue les offres qui ne trouvent pas preneurs et vérifier que les demandeurs d'emploi sont en "recherche active" de travail.

"Les demandeurs d'emploi qui ne démontreront pas une recherche active d'emploi et l'acceptation d'une offre raisonnable d'embauche verront leurs allocations suspendues", a déclaré Emmanuel Macron au cours de son allocution.

Le chef de l'Etat annonce que Pôle Emploi sera chargé de passer en revue les "centaines de milliers d'offres" disponibles qui ne trouvent pas preneur. Une demande à effectuer "dès les prochaines semaines".

Après avoir appelé les entreprises à améliorer les conditions d'embauche des salariés pour éviter la pénurie de main d'oeuvre, Emmanuel Macron s'adresse aux demandeurs d'emploi. Avec en toile de fond ce même paradoxe, détaillé par le président: 3 millions de Français sont au chômage mais des secteurs "en tension" peinent aujourd'hui à recruter. L'objectif est de baisser encore le taux de chômage, estimé à 7.6% au troisième trimestre d'après l'INSEE.

Viser le plein emploi

Actuellement, le refus "à deux reprises d'une offre raisonnable d'emploi" est sanctionnée par une radiation d'un mois de Pôle Emploi. En cas de nouveau manquement, la radiation est portée à deux mois consécutifs et double à partir du 3ème manquement.

"Nous ne devons pas viser 7% de chômage, mais bien le plein emploi", a déclaré le président. Il a aussi rappelé les nouvelles règles d'indemnisation avec la réforme de l'assurance chômage.

Emmanuel Macron confime que le 1er décembre prochain, la dégressivité des allocations et l'allongement de la durée d'affiliation entreront en vigueur. Il faudra avoir travaillé 6 mois au cours des deux dernières années contre 4 mois dans les deux dernières années. La dégressivité de l'allocation sera effective après 6 mois contre 8 mois aujourd'hui, pour les salaires au-dessus de 4500 euros par mois.


Sofiane Aklouf