BFM Eco

Comment l'Assemblée nationale justifie la hausse de 33% de l'indemnité logement des députés

Ils sont 104 députés bénéficiaires de la dotation d'hébergement au 1er septembre 2019, dont le montant va passer de 900 à 1200 euros.

Ils sont 104 députés bénéficiaires de la dotation d'hébergement au 1er septembre 2019, dont le montant va passer de 900 à 1200 euros. - AFP

L'Assemblée nationale justifie l'augmentation de 900 à 1200 euros/mois de l'indemnité logement des députés qui payent un loyer pour leur pied-à-terre à Paris par les économies réalisées sur les dépenses d'hôtellerie, qui atteignent 3200 euros par élu concerné chaque mois.

En décidant d'augmenter de 33% l'indemnité logement, qui permet de rembourser les dépenses de location de certains députés à Paris, le bureau de l'Assemblée nationale a fait réagir des syndicats de collaborateurs parlementaires, qui réclament des hausses de salaires pour ces derniers. "L'idée est de dépenser moins pour dépenser mieux", a rétorqué l'un des trois questeurs de l'Assemblée, le député La République en marche (LaREM) Florian Bachelier, selon Reuters.

Justifiant la décision, ces élus en charge de la gestion des deniers de l'Assemblée veulent inciter les députés contraints de se loger à Paris à opter pour la location d'un pied-à-terre. Ce choix les obligerait à renoncer automatiquement aux nuitées d'hôtel, beaucoup plus coûteuses pour le budget de l'institution.

"Sur la base de quatre nuits par semaine, le coût hôtellerie mensuel par député était de 3200 euros. La dotation d'hébergement permet donc une économie mensuelle de 2000 euros par député", explique l'élu LaREM. Depuis la mise en place de ce dispositif, en février 2018, "une économie de 3,6 millions d'euros a ainsi été réalisée", fait-il valoir. "L'objectif du bureau de l'Assemblée nationale est d'intensifier les économies sur ce poste et, à terme, de supprimer le budget hôtellerie" a t-il ajouté.

L'indemnité logement ne concerne pas les 240 députés qui ont un bureau-chambre doté d'un couchage, ni ceux qui occupent l'une des 51 chambres de la résidence hôtelière attenante à l'Assemblée, prise en charge directement. Au 1er septembre 2019, ils étaient 104 bénéficiaires de la dotation d'hébergement, dont le montant doit passer de 900 à 1200 euros/mois.

Frédéric Bergé