BFM Business

Antennes dégradées dans le Tarn: encore 30.000 abonnés Bouygues Telecom et SFR dans le noir

Vue d'une antenne-relais

Vue d'une antenne-relais - Wikimedia Commons

L'incendie volontaire a provoqué une perte de réseaux pour 52.000 habitants, la situation a été rétablie pour 20.000 d'entre-eux. Une enquête a été ouverte.

La dégradation par incendie de deux antennes relais près d'Albi a entraîné la perte de réseau mobile pour plusieurs dizaines de milliers d'abonnés des opérateurs Bouygues Telecom et SFR, a indiqué dimanche la préfecture du Tarn.

"52.000 abonnés Bouygues et SFR ont été touchés par une perte de réseau téléphonique hier. Dès hier soir (samedi), la situation était rétablie pour 20.000 d'entre-eux", précise dans un communiqué de presse la préfecture conseillant de composer le 112 en cas de difficulté pour joindre les numéros d'urgence 15, 17 et 18.

Pour les 30.000 abonnés restants, "les perturbations sont toujours en cours et le maximum est fait pour rétablir la situation", a tweeté le secrétaire d'Etat au Numérique, Cédric O, qui a "condamné fermement cet incendie volontaire".

"Actes inacceptables"

"Sur les communes de Montirat, Mailhoc et Sérénac, les perturbations des réseaux mobiles affectent l'ensemble des opérateurs et les services d'urgence doivent être contactés avec un téléphone fixe", ajoute-t-il.

Une enquête a été ouverte sur "ces deux incendies volontaires", a indiqué à l'AFP la préfecture du Tarn, soulignant que des équipes de techniciens travaillent sur les relais endommagés, afin de rétablir l'ensemble des communications "d'ici le début de semaine prochaine".

"Avec Gérald Darmanin nous agissons aux côtés de l'ensemble des opérateurs pour mettre fin à ces actes inacceptables (...) Le vandalisme sur les pylônes mobiles est criminel et coupe les populations des services vitaux", a encore tweeté Cédric O.

"Le vandalisme sur les pylônes mobiles est criminel et coupe les populations de services vitaux. Ces actes doivent être punis sévèrement", dénonce-t-il.

Ces derniers mois, plusieurs incendies volontaires ont ciblé des installations téléphoniques, en particulier des antennes-relais 5G.

En 2020, les autorités avaient recensé une centaine de dégradations volontaires de pylônes de téléphonie sur l'ensemble du territoire. Une partie de ces actions a été revendiquée par l'ultragauche.

OC avec AFP