BFM Business

Fonction publique: l'exécutif envisage un "plan de départs volontaires"

Dans le cadre de la réforme de l'État, Édouard Philippe et Gérald Darmanin ont également fait part de la volonté du gouvernement d'étendre le recours aux contractuels dans la fonction publique et développer davantage la rémunération au mérite.

C'est un sujet sensible auquel veut s'attaquer le gouvernement. L'exécutif envisage de recourir dans la fonction publique à un "plan de départs volontaires" dans le cadre de ses projets de réforme de l'État et de suppression de 120.000 postes, a annoncé ce jeudi le ministre Gérald Darmanin, ouvrant la voie à des départs négociés contre des chèques.

"Nous allons étudier avec les organisations syndicales, une fois que cette réforme de l'État aura été adoptée (la possibilité) d'imaginer avec les agents publics un plan de départs volontaires pour ceux qui souhaiteraient partir, en conséquence de la réforme de l'État", a-t-il indiqué lors d'une conférence de presse avec le Premier ministre Edouard Philippe.

Il s'agit, selon le ministre, d'"imaginer avec les agents publics un plan de départs volontaires pour ceux qui souhaiteraient partir, en conséquence de la réforme de l'État". "Il ne s'agit pas de faire un plan de départs volontaires pour tout le monde, bien évidemment. Il s'agit d'adapter nos services publics et de le faire avec et pour les agents publics", a affirmé Gérald Darmanin lors d'une conférence de presse.

Recours aux contractuels et rémunération au mérite

Édouard Philippe a également annoncé qu'il souhaitait étendre "largement" dans la fonction publique le recours aux contractuels ne bénéficiant pas de l'emploi à vie et développer davantage la rémunération au "mérite".

Dans le projet du gouvernement, les possibilités de recourir aux contrats plutôt qu'au statut de fonctionnaire "seront largement étendues, notamment pour les métiers ne relevant pas d'une spécificité propre au service public", a annoncé le Premier ministre. "Ce qui est en jeu, c'est d'adapter le statut de la fonction publique, de l'assouplir, de faire en sorte qu'il puisse redevenir un cadre efficace pour l'action publique", a-t-il plaidé.

Le Premier ministre prévoit d'engager une "grande concertation" en février entre l'exécutif et les syndicats de la fonction publique.

P.L avec AFP