BFM Business

Saint-Geours: "il faut faire repartir l'investissement"

Frédéric Saint-Geours était l'invité de BFM Business ce mardi 28 janvier

Frédéric Saint-Geours était l'invité de BFM Business ce mardi 28 janvier - -

Frédéric Saint-Geours, le président du Groupe des Fédérations Industrielles, était l'invité de BFM Business ce mardi 28 janvier. Il a commenté la mise en place du pacte de responsabilité en particulier dans l'industrie.

Frédéric Saint-Geours, le président du Groupe des Fédérations Industrielles (GFI) et ancien numéro deux de PSA, croit au pacte de responsabilité. "Dans les gênes du pacte de responsabilité, il y a ce qu'il faut pour faire repartir l'investissement", a-t-il déclaré, ce mardi 28 janvier, sur BFM Business. "Notre pays est dans une situation difficile mais nous avons les éléments pour avancer".

Pour lui, la situation actuelle est claire: "il y a un moteur de l'économie française qui n'est pas en train de fonctionner. C'est l'investissement des entreprises et notamment l'investissement des entreprises industrielles. Or cet investissement c'est la compétitivité de l'économie, la croissance et l'emploi".

Selon Frédéric Saint-Geours, l'enjeu maintenant est de rentrer dans la négociation. Il estime que la bataille des chiffres doit venir plus tard. Il faut déterminer quelles charges doivent baisser, comment baisser les dépenses publiques, qu'est-ce que les entreprises sont prêtes à faire en échange …

La France est dans une situation difficile

Mais si Frédéric Saint-Geours défend le pacte de responsabilité, c'est parce qu'il ressemble au "pacte social pour une industrie compétitive" qu'il avait développé en 2011-2012.

Ce pacte avait été élaboré autour de 4 éléments clefs qui se retrouvent dans le pacte de responsabilité: la compétence (l'accord interprofessionnel sur la formation professionnelle), la modernisation du marché du travail (l'accord national interprofessionnel de janvier 2013), le rétablissement des marges et la compétitivité des entreprises, et l'amélioration du dialogue social.

D. L.