BFM Business

Olli Rehn évoque la baisse du coût du travail en France

Impôts, coût du travail, retraite... Olli Rehn multiplie les déclarations sur la France.

Impôts, coût du travail, retraite... Olli Rehn multiplie les déclarations sur la France. - -

Le Commissaire européen multiplie les déclarations sur la France depuis plusieurs jours. Ce jeudi 29 août, il a déclaré que les réformes -qui doivent encore être présentées- vont "dans la bonne direction".

"La France a pris des mesures pour réduire le coût du travail; cela va dans la bonne direction, mais à l'évidence, elle doit faire davantage", a affirmé Olli Rehn, ce jeudi 29 août. Une déclaration un peu surprenante alors que le gouvernement doit annoncer ces mesures à l’occasion de la présentation du budget, le 18 septembre prochain !

Le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires a profité d’une conférence économique en Autriche pour faire cette déclaration, avant d’appeler la France à aller plus loin en la matière.

Etudier la réforme des retraites

"Nous sommes en train d’étudier la réforme des retraites", a-t-il poursuivi. Mercredi, son porte-parole avait déclaré que la Commission européenne "prend note" des principales mesures de la réforme des retraites. Bruxelles préfère toutefois attendre les détails, qui seront présentés le 18 septembre, avant de se prononcer.

La Commission avait insisté sur la nécessité d'éviter de recourir à une hausse des cotisations patronales pour "éviter une nouvelle détérioration de la compétitivité des entreprises françaises et de leur capacité à créer des emplois".

Or, le gouvernement français a précisément qu’une hausse des cotisations sociales de 0,3 point pourrait intervenir à l’horizon 2017, pour financer les retraites.

"Réduire le coût du travail"

Dimanche 25 août, Olli Rehn avait déjà déclaré que les impôts ont atteint "un seuil fatidique" en France. "La discipline budgétaire doit passer par une baisse des dépenses publiques et non par de nouveaux impôts", avait-il ajouté.

Les recommandations économiques de la Commission à la France, adoptées par les Etats de l'Union éuropéenne en juillet, mettaient l'accent sur "la nécessité d'assurer la stabilité des finances publiques, mais aussi de réduire le coût du travail en France".

A.D. avec agences