BFM Business

Marseille bénéficiera de 600 millions d'euros d'investissements

Manuel Valls a indiqué que ces investissements proviendraient du Contrat de Plan Etat-région de Paca.

Manuel Valls a indiqué que ces investissements proviendraient du Contrat de Plan Etat-région de Paca. - Charly Triballeau - AFP

En déplacement dans la cité phocéenne, Manuel Valls a annoncé que 600 millions d'euros de fonds publics allaient être destinés au port de Marseille et aux transports.

Marseille se transforme, et l'Etat veut apporter sa pierre à l'édifice. Manuel Valls, en déplacement dans la cité phocéenne vendredi, a ainsi annoncé quelque 600 millions d'euros d'investissements publics destinés au port de Marseille et aux transports sur le territoire de la future métropole Marseille-Aix-Provence, au terme d'un "comité interministériel" réunissant neuf ministres.

Ces financements proviendront du Contrat de Plan Etat-région (CPER) de Provence-Alpes-Côtes d'Azur, a précisé le Premier ministre, qui doit signer ce vendredi cette source de crédits de 1,6 milliard d'euros au total pour 2015-2020.

Les transports sont considérés comme un des gros points faibles de l'agglomération marseillaise, jugée par l'exécutif comme la moins bien pourvue en transports en commun parmi les grandes villes de France.

Les annonces du chef du gouvernement, qui ne relèvent pas de nouveaux financements mais du fléchage des fonds du CPER, viennent s'ajouter à diverses mesures lancées par l'exécutif depuis 2012, notamment par Jean-Marc Ayrault.New Link

Une solution "possible" pour la SNCM

En outre, le Premier ministre s'est voulu optimiste en ce qui concerne la SNCM, sur le sort de laquelle le tribunal de commerce de Marseille doit statuer le 10 juin.

"L'objectif constant du gouvernement, dans le dialogue avec l'ensemble des parties, c'est d'assurer la continuité d'une desserte de la Corse et de préserver un maximum d'emplois. J'ai le sentiment - sans vouloir préjuger de la décision que prendra le tribunal de commerce - que cet objectif est possible et peut-être (...) à portée de main", a déclaré devant la presse le Premier ministre.

Y.D. avec AFP