BFM Business

Le maire d'une commune sarthoise veut instaurer l’impôt volontaire

Christophe Rouillon, maire de Coulaines

Christophe Rouillon, maire de Coulaines - JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Inquiet de la prochaine suppression de la taxe d'habitation pour 80% des foyers, le maire de Coulaines veut proposer à ses habitants de faire des dons pour assurer le maintien des services publics.

C’est l’une des promesses emblématiques d’Emmanuel Macron: supprimer la taxe d’habitation pour 80% des foyers d’ici trois ans. Inscrite au budget 2018, cette mesure est approuvée par une majorité de Français (70%) selon un sondage Odoxa pour Les Échos publié en septembre dernier. Un sentiment loin d’être partagé par les maires qui s’inquiètent du manque à gagner. Quand bien même l’État a promis de compenser la différence.

Parmi eux, Christophe Rouillon, maire de Coulaines, une commune de 7500 habitants dans la Sarthe: "Nous allons perdre en autonomie fiscale et nous allons avoir aussi un érosion parce que l’inflation ne sera plus compensée, donc tous les ans nous allons perdre à peu près 2% de nos recettes", assure-t-il à France 3 Pays de la Loire.

Mise en place de l'impôt volontaire

Pour contrer l’éventuel coup de rabot porté au budget de sa commune, celui qui veut "rendre les services essentiels aux habitants et maintenir des tarifs abordables pour tous" imagine un nouveau concept: l’impôt volontaire.

"C’est la possibilité pour un habitant de la commune ou alors extérieur qui profite aussi des infrastructures de pouvoir donner par exemple 100 euros et de pouvoir déduire 66 euros de sa prochaine déclaration fiscale, donc le contribuable va économiser de l'argent des impôts nationaux et, en même temps, il va faire un don pour une activité ici, dans le domaine culturel, sportif, d'aide aux familles", explique-t-il.

La taxe d’habitation permet aujourd’hui aux communes de financer les services publics: dépenses sociales et scolaires, équipements sportifs, voirie, etc. La mise en place d’un tel impôt pourrait donc atténuer le manque à gagner provoqué par une éventuelle non-compensation de l’État après le dégrèvement de la taxe d’habitation.

Expérimentation jusqu'au 31 décembre

Ce maire inventif expérimente déjà son nouvel impôt en proposant aux Coulainais de faire un don au CCAS (Centre communal d’action social), à la MPT (Maison pour tous) ou aux JSC (Jeunesses sportives de Coulaines). Pour l'heure, les dons sont à réaliser avant le 31 décembre. Mais la mesure pourrait éventuellement être pérennisée, bien qu'elle ne semble pas faire l'unanimité chez les administrés de Christophe Rouillon, note France 3 Pays de la Loire.

"Ça leur coûtera moins que la taxe d'habitation. Par exemple pour 100 euros, c'est l'équivalent de 10 heures de soutien scolaire et 40 euros sont déductibles. Je considère que payer ses impôts, c'est être citoyen. Je propose donc un impôt volontaire, citoyen et généreux", a précisé le maire de Coulaines à Ouest-France.

P.L