BFM Business

La France versera 109 millions d’euros l'an prochain pour financer l'ONU

Les frais de fonctionnement de l'ONU coûteront près de 110 millions d'euros à la France l'année prochaine

Les frais de fonctionnement de l'ONU coûteront près de 110 millions d'euros à la France l'année prochaine - -

La France contribuera à hauteur de 5,59% au budget de l’Organisation des Nations Unies en 2014. La contribution est en légère baisse par rapport à 2013, mais l'Hexagone reste le quatrième plus gros contributeur au budget.

Selon le rapport du député PS Philippe Baumel, publié à l'occasion de l'actuelle discusssion budgétaire, la participation de la France au financement des 13 principales organisations internationales pour 2014 s'élèvera à 342 millions d'euros. L’ONU représente, à elle seule, près d’un tiers de ces dépenses, soit 108,8 millions d’euros.

Selon le rapport parlementaire, cette participation est légèrement réduite par rapport à 2013. Plusieurs grands pays ont fait pression sur l’ONU pour qu’elle limite l’augmentation de ses dépenses.

La France a ainsi obtenu une diminution de sa part. Elle finançait plus de 6,1% du budget de l’ONU l’année dernière. La contribution sera réduite à 5,6% en 2014. L'Hexagone reste le quatrième plus gros contributeur au budget de l’ONU.

Des augmentations pour certains programmes

La France ne gère pas toutes les entités de l’ONU de la même façon. Ainsi, les budgets des Tribunaux internationaux pour le Rwanda et la Yougoslavie diminuent. Logique, puisque leurs activités prennent fin. Au contraire, les fonds du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) ou de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) augmenteront.

L'Organisation des nations unies pour le développement industriel (ONUDI), qui vise à promouvoir le développement dans les pays pauvres, devra même se passer entièrement du soutien de la France. Le programme est critiqué pour son manque d’efficacité. Les Etats-Unis et le Royaume-Uni s’étaient déjà retirés dans les années 1990.

La France versera tout de même 6,3 millions d’euros à l’ONUDI l’année prochaine, mais la quittera l’année suivante. Laurent Baumel rappelle que des investissements français visant l’industrie se font à travers d’autres canaux, comme le Fonds français pour l’environnement mondial.

Joseph Sotinel