BFM Business

L'Etat va se désengager d'Aéroports de Paris

L'Etat va rester actionnaire majoritaire d'Aéroports de Paris, mais va céder une partie de ses parts.

L'Etat va rester actionnaire majoritaire d'Aéroports de Paris, mais va céder une partie de ses parts. - -

Pierre Moscovici, le ministre de l'Economie et des Finances, a annoncé dans un communiqué, jeudi 30 mai, un désengagement de l'Etat du capital d'ADP. L'opération pourrait lui rapporter plusieurs centaines de millions d'euros.

Jean-Marc Ayrault n'en avait pas fait mystère, le 5 mai dernier: pour financer certains de ses projets, notamment un "grand plan hôpital", l'Etat va céder une partie de sa participation dans "un certain nombre d'entreprises publiques où le taux de participation de l'Etat est très important".

Ce jeudi 30 mai, Pierre Moscovici a donc, sans réelle surprise, annoncé que l'Etat allait se désengager en partie d'Aéroports de Paris (ADP) soit environ 10 millions d'actions. Le ministre de l'Economie et des Finances a toutefois précisé qu'il conserverait la majorité dans le capital. Actuellement, sa participation est de 54,5%

Au cours de clôture de mercredi, l'opération permettrait aux pouvoirs publics de récupérer 690 millions d'euros, mais ce type de transaction est généralement effectué avec une décote sur le cours de Bourse.

EDF ou GDF, prochains sur la liste ?

Dans un communiqué, le ministre souligne avoir demandé à l'Agence des participations de l'Etat de préparer cette cession auprès de plusieurs investisseurs de long terme "dans le cadre d'une procédure hors marché (...) et de proposer au Fonds stratégique d'investissement de s'y associer."

Le gouvernement poursuit donc son programme de cession d'actifs, après Safran en mars dernier, et EADS en avril. Reste à savoir qui est le prochain sur la liste. Il pourrait s'agir d'EDF ou de GDF, deux pistes évoquées récemment par Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif.

>> A LIRE AUSSI - Etat actionnaire: de quelles entreprises va-t-il pouvoir se désengager?

Y. D.