BFM Business

L'Etat a vendu 3,1% de GDF Suez

Jusque-là l'Etat français détenait 36,70% de l'entreprise.

Jusque-là l'Etat français détenait 36,70% de l'entreprise. - -

L'exécutif a annoncé, ce mercredi 25 juin, que l'Etat avait bouclé la cession de 3,1% du capital de la société. Cette opération pourra servir à financer la montée au capital d'Alstom.

L'Etat actionnaire commence à bouger pour financer l'entrée dans le capital d'Alstom. Le gouvernement a ainsi indiqué, ce mercredi 25 juin, que l'Etat avait vendu 3,1% de GDF Suez. Avec, pour première conséquence, la chute du titre du groupe français. Peu après l'ouverture de la Bourse, ce dernier était en baisse de 3% environ.

La vente représente 75 millions d'actions, avaient précisé la veille Arnaud Montebourg et Michel Sapin, dans communiqué commun.

Jusqu'à présent l'Etat détenait 36,7% du capital de GDF-Suez. La loi lui impose de ne pas descendre sous les 33,33%. Au final, l'Etat se situera juste au-dessus de cette frontière, avec 33,6% du capital de la société dirigée par Gérard Mestrallet.

Une gestion "dynamique" du portefeuille

L'Etat compte acquérir 20% du capital d'Alstom. Il a convenu d'un accord avec Bouygues: il pourra racheter ses titres via une option d'achat valable pendant une période de 20 mois, une fois que le rapprochement entre Alstom et General Electric sera effectif.

Pour financer cette opération Arnaud Montebourg avait indiqué que l'APE (Agence des participations de l'Etat) disposait de 2 milliards d'euros en caisse, fonds qui proviennent de précédentes cessions dans des entreprises cotées (Airbus, Safran, Aéroports de Paris).

Le ministre avait également indiqué sur France 2, que l'Etat aurait une gestion "dynamique" de son portefeuille d'actions. Il en donne la preuve ce mardi avec la vente des titres GDF.

J.M. avec AFP