BFM Business

Gattaz (Medef) veut des résultats "au plus tard à l'été 2014"

Pierre Gattaz, le président du Medef, à son arrivée à Matignon.

Pierre Gattaz, le président du Medef, à son arrivée à Matignon. - -

Le Premier ministre reçoit les partenaires sociaux, ce lundi 25 novembre. Des échanges qui marquent le coup d'envoi de la concertation sur la réforme de la fiscalité.

"La remise à plat de la fiscalité" de Jean-Marc Ayrault commence dès ce lundi 25 novembre. Le Premier ministre reçoit syndicats et patronat pour démarrer une grande consultation devant aboutir à la réforme de la fiscalité. Après les partenaires sociaux, il rencontrera ensuite les groupes parlementaires.

Le Premier ministre n'a pour le moment fait référence qu'à une seul piste: la fusion entre l'impôt sur le revenu et la CSG.Il espère que les premières mesures pourront être inscrites dans le projet de loi de finances pour 2015.

>> Le live sera mis à jour régulièrement. Cliquez pour actualiser.

- 19h00: Pierre Gattaz, le président du Medef, a indiqué qu'il souhaitait que la "remise à plat" de la fiscalité promise par le gouvernement débouche sur des "résultats tangibles au plus tard à l'été" 2014.
"Il y a un constat de la gravité de la situation, de l'urgence de la situation économique et pour l'emploi", a-t-il déclaré, à l'issue de sa rencontre avec Jean-Marc Ayrault.
Il a aussi salué la méthode de "la concertation, qu('il) avait demandée depuis plusieurs semaines pour sortir le pays de l'ornière".

Pierre Gattaz a indiqué vouloir ouvrir "cinq chantiers: la baisse des dépenses publiques, la baisse du coût du travail, la baisse de la fiscalité des entreprises, la simplification et les freins à l'emploi".

- 17h30: L'impôt sur le revenu est au coeur de cette journée de consultation des partenaires sociaux. Petit tour d'horizon.

Reportage: Anna Moreau pour BFMTV

- 16h50: "C'est une réforme qui devrait s'inscrire dans la durée mais ne s'interdit pas des effets plus immédiats, dès 2015", a déclaré à la presse Philippe Louis, le président de la CFTC, à l'issue de sa rencontre avec Jean-Marc Ayrault.
Toutefois, le dirigeant syndical s'est dit "dubitatif sur le prélèvement à la source, ça crée pas mal de questions pratiques, il faudrait savoir comment passer d'un impôt qu'on paye l'année d'après (à un impôt payé) au mois". "Ca paraît compliqué, sans apporter quoi que ce soit"

- 16h15: Jean-Marc Ayrault reçoit actuellement l'Union professionnelle artisanale (UPA). A 17 heures, ce sera au tour du Medef de faire entendre ses revendications.

- 13h50: David Assouline, porte-parole du PS, a salué le "courage" du gouvernement, estimant que celui-ci menait "une bagarre d'explication" sur la réforme fiscale. "Cette méthode était nécessaire", a-t-il approuvé. "C'était la méthode pour réformer et c'est la marque de fabrique de ce gouvernement".
"Il s'agit de continuer" de répondre à "l'urgence pour vite redresser la barre d'un pays que la droite avait laissé surendetté", a poursuivi le sénateur de Paris.

- 13h32: Thierry Lepaon, le secrétaire général de la CGT, a, à sa sortie de son entrevue avec Jean-Marc Ayrault, confié avoir le sentiment "qu'on peut peser dans les choix. (...) Aujourd'hui les Français ne comprennent plus l'impôt".

"Il n'y a pas de ras-le-bol fiscal mais les Français ont du mal à boucler les fins de mois. La question posée, c'est celle des salaires",a-t-il affirmé selon des propos rapportés par Lefigaro.fr

- 12h51: Reçue à 10h30 par Jean-Marc Ayrault, la patronne de la CFE-CGC s'exprime sur Twitter. Elle est ainsi défavorable à une fusion de l'IR avec la CSG. Elle souhaite que la réforme fiscale "donne du pouvoir d'achat aux salariés sans pour autant prolonger ce qu'elle appelle "le burnout fiscal".

@cfecgc pour une réforme fiscale qui redonne du pouvoir d'achat aux classes moyenne et de la compétitivité aux entreprises = gagnant/gagnant
— couvert carole (@carolecouvert) 25 Novembre 2013
@cfecgc niet à : fusion de la Csg et de l'impôt sur le revenu, aux prélèvements à la source, une taxe d'habitation en fonction des revenus
— couvert carole (@carolecouvert) 25 Novembre 2013

- 11h33 - A quoi peut aboutir cette réforme fiscale? BFMTV livre les principales pistes dans ce sujet vidéo.

- 11h26 - A la sortie de son entrevue avec Jean-Marc Ayrault, le leader de la CFDT, Laurent Berger, a indiqué qu'il a proposé au Premier ministre de consacrer "l'impôt sur le revenu comme base de la fiscalité". En ce sens il a demandé à ce que "cet impôt soit plus progressif". Il a aussi plaidé pour que "la fiscalité des entreprises intègre leur comportement". Il appelle notamment à lutter contre l"optimisation fiscale.

Comme Jean-Claude Maily avant lui, il a estimé que la remise à plat fiscale "ne peut être un coup de com'".

- 10h53: Cette remise à plat de la fiscalité survient dans un contexte de "ras-le-bol fiscal". Dans une note du 22 novembre, les économistes de Natixis se demandent s'il existe, à l'heure actuelle, une "courbe de Laffer", c'est à dire un point où le niveau d'imposition est tellement élevé qu'il entraîne une baisse des recettes fiscales. Les économistes répondent par la négative.

- 10h26: Jean-Marc Ayrault a reçu deux syndicats: Force ouvrière et la CFDT. A sa sortie de Matignon, Jean-Claude Mailly, le secrétaire général de FO s'est exprimé. Il a indiqué que le gouvernement allait saisir le Haut conseil de financement de la protection sociale (HCFi-PS), afin de clarifier ce qui relève des impôts et des cotisations sociales sur les missions de la sécurité sociale.

Jean-Claude Mailly a jugé que les intentions du Premier ministre étaient sincères. "Ce n'est pas un coup de com'", a déclaré le syndicaliste.
Dans le JDD du dimanche 24 novembre, Jean-Claude Mailly avait affirmé son opposition au prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu.

- 10h11: Contrairement à François Baroin,le pésident de la Commission des Finances du Sénat, Philippe Marini est favorable à une fusion IR-CSG. Mais dans une interview publiée lundi dans le Figaro, l'élu UMP explique que qu'il n'accorde "aucune confiance" au gouvernement pour mener à bien ce chantier, estimant que l'exécutif fait de "l'improvisation fiscale".

- 9h48: Quelles sont les difficultés que poserait une fusion de l'impôt sur le revenu avec la CSG? Elements de réponse avec cet article:

>>  Ayrault face à l'impossible fusion de la CSG et de l'impôt sur le revenu

- 9h01: - L'ancien ministre UMP de l'Economie et des Finances, François Baroin a, ce lundi sur RTL, estimé que la fusion de l'IR (impôt sur le revenu) et de la CSG était "un miroir aux alouettes". Il a indiqué que "pour des raisons objectives" c'est "une réforme insurmontable".

Le titre de l'encadré ici

|||>> L'ESSENTIEL

> Rencontre avec les partenaires sociaux les 25 et 26 novembre

> Le Premier ministre consultera ensuite les groupes parlementaires dès le 26 novembre

> Les premières mesures dans le Budget 2015

Julien Marion et BFMbusiness.com