BFM Business

Droits des femmes: l'exécutif assure que les subventions aux associations ne baisseront pas

La secrétaire d'État Marlène Schiappa a affirmé que les subventions en direction des associations ne baisseraient "pas d'un euro".

La secrétaire d'État Marlène Schiappa a affirmé que les subventions en direction des associations ne baisseraient "pas d'un euro". - Martin Bureau - AFP

Marlène Schiappa, la secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes, a affirmé ce jeudi que les subventions en direction des associations féministes "ne baisseraient pas d'un euro".

La secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes a affirmé jeudi que les subventions en direction des associations ne baisseraient "pas d'un euro", assurant lors d'une audition au Sénat que le budget était "en cours d'arbitrage".

Il n'y a "aucun arbitrage budgétaire qui ait été rendu à ce jour concernant le secrétariat d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes", a assuré Marlène Schiappa lors de la présentation de sa feuille de route à la Délégation aux Droits des femmes du Sénat. 

"Tous les chiffres qui circulent sont soit des faux, soit ils sortent de notes internes qui n'ont pas été validées. Les subventions en direction des associations ne baissent pas d'un euro, elles sont maintenues", a-t-elle poursuivi, sans pour autant donner d'indication chiffrée.

Grande cause nationale

Ce week-end, le Journal du Dimanche avait relayé les inquiétudes d'associations prenant en charge la prévention des violences sexuelles et sexistes et l'accompagnement des victimes, informées d'une probable baisse de 25% du budget qui leur est consacré.

La politique de protection des femmes contre les violences sexistes, baptisée "programme 137" dans le budget, était dotée en 2016 de quelque 27 millions d'euros.

Selon plusieurs associations, qui bénéficient de près des deux tiers de cette somme, l'information d'une probable baisse à 21 millions d'euros a circulé. "La baisse de frais structurels, demandée à tous les ministères, ne sera pas répercutée sur les associations qui luttent contre les violences sexistes et sexuelles", a insisté la secrétaire d'État, assurant l'avoir "dit personnellement à chacune".

Ces derniers jours, elle avait expliqué à plusieurs médias, dont l'AFP, que ces baisses devaient concerner majoritairement les frais de fonctionnement du ministère, les notes de frais ou le recours à des prestataires.

Selon la promesse de campagne d'Emmanuel Macron, l'égalité entre les femmes et les hommes a été décrétée grande cause nationale du quinquennat. 

Y.D. avec AFP