BFM Business

Avoir un apprenti ne coûtera plus rien aux TPE

Pour les apprentis, rien ne change: leur salaire reste le même, et ils continuent de cotiser.

Pour les apprentis, rien ne change: leur salaire reste le même, et ils continuent de cotiser. - PHILIPPE HUGUEN - AFP

A partir du 1er juillet, l'Etat versera aux TPE qui viennent d'embaucher un jeune apprenti 1.100 euros par trimestre pendant un an. Soit exactement le montant de son salaire réglementaire.

Les petites entreprises peuvent désormais embaucher un jeune apprenti à moindre frais. La mesure avait été confirmée le 12 mai dernier, après son annonce par le président François Hollande fin-avril. Le décret a été publié ce mardi. Il s'agit de l'aide "TPE jeune apprenti", qui permet aux plus petites structures de recevoir une aide financière supplémentaire.

Le principe: faire en sorte qu'embaucher un apprenti de moins de 18 ans ne coûte rien aux petites entreprises. Une mesure qui fait partie du vaste plan pour relancer l'apprentissage en France.

L'aide "TPE jeune apprenti" s'adresse à celles qui emploient moins de onze salariés. A partir du 1er juillet 2015, l'employeur va recevoir une aide de 1.100 euros par trimestre lorsqu'il embauche un apprenti mineur, pendant toute la première année du contrat. Donc 4.400 euros en tout. Un montant qui correspond exactement à la rémunération légale d'un apprenti de moins de 18 ans pour sa 1ère année de contrat.

L'entreprise n'a donc rien à débourser. Et pour l'apprenti, rien ne change. Son salaire reste le même, et il continue de verser des cotisations sociales sur ses émoluments.

L'objectif du gouvernement est d'inciter fortement les entreprises à recruter et former des jeunes. Cette aide se cumule ainsi avec tous les autres dispositifs comme la prime à l'apprentissage – 1.000 euros par an et par apprenti-, ou encore l'aide au recrutement d'un deuxième apprenti.

Autre coup de pouce de l'Etat, actuellement en discussion: l'aménagement des règles sur les conditions de travail et le temps de travail des apprentis mineurs.

Le gouvernement veut plus que jamais s'appuyer sur l'apprentissage pour relancer l'emploi. Il part du constat que 70% des apprentis trouvent un emploi durable à la fin de leur cursus. L'an dernier, seulement 273.000 nouveaux contrats d'apprentissage ont été signés. L'exécutif veut doubler ce chiffre d'ici la fin de son mandat, afin que les jeunes puissent "apprendre leur métier dans des conditions réelles qui leur permettront de s’approprier les bons gestes utiles à l’exercice de leur futur métier".

Isabelle Gollentz