BFM Business

Faut-il s'inquiéter de la baisse du nombre de millionnaires en France?

Selon une étude, le nombre de millionnaires français devrait stagner ces 10 prochaines années. Est-ce une fatalité?

Selon une étude, le nombre de millionnaires français devrait stagner ces 10 prochaines années. Est-ce une fatalité? - Pexels

De nombreux rapports soulignent que la France est aujourd'hui le pays le plus touché par la fuite de ses grandes fortunes. La dernière étude mondiale sur le sujet prévoit même que la proportion de millionnaires en France va encore se réduire dans les 10 prochaines années.

La France sera-t-elle encore dans 10 ans un pays riche de ses grandes fortunes? Cette question doit être posée alors que de nombreuses études récentes pointent l'effondrement du nombre de millionnaires dans l'Hexagone. Déjà, en novembre, le Credit Suisse tirait la sonnette d'alarme dans son étude annuelle Wealth Report.

Selon la banque, la France aurait vu son nombre de millionnaires (tous biens confondus y compris la résidence principale) chuter de 30% ces deux dernières années. Alors qu'ils étaient 2,4 millions en 2014, les millionnaires n'étaient plus que 1,64 million en 2016 selon ce rapport. Spectaculaire, la chute s'explique d'abord par une dépréciation de l'euro par rapport au dollar. Or, pour réaliser leur comparaison, les auteurs ont fort logiquement converti toutes leurs données dans une seule devise. En l'espèce, le dollar.

Mais le Credit Suisse pointe des raisons plus structurelles à la décrue française: croissance en berne, chômage de masse et plus globalement faiblesse des opportunités économiques. 

Le New York Times s'interroge sur la France

Une autre étude, plus récente, pointe du doigt le nombre grandissant de grandes fortunes françaises qui optent pour l'exil. Selon l'étude New World Wealth, aucun autre pays au monde n'est à ce point touché par la fuite de ses millionnaires. Et la cadence s'accélère. De 6.000 en 2014, le nombre de grandes fortunes ayant emménagé dans un autre pays serait passé à 10.000 en 2015, puis à 12.000 l'an dernier. Si la méthodologie de l'étude est sujette à caution comme nous l'expliquions ici, ces chiffres ont été très médiatisés, notamment dans le monde anglo-saxon. Le New York Times cherchant même à comprendre pourquoi les Français fortunés étaient si nombreux à émigrer. Tensions religieuses, incertitudes politiques et haut niveau de taxation seraient, à en croire le journal, les causes de cette désaffection.

Une nouvelle étude parue début mars montre que ce particularisme français ne tient pas du mythe et que le pourcentage de millionnaires dans la population française devrait encore baisser. Selon The Wealth Report du cabinet britannique Knight Frank, la France a vu son nombre de millionnaires (hors résidence principale) passer, en 10 ans, de 323.000 à 290.000. Les auteurs de ce rapport annuel prévoient une stabilisation de leur nombre dans la prochaine décennie, alors que la population devrait, elle, croître de 4% sur la période selon l'Insee. 

Cette sombre prévision est d'autant plus inquiétante que l'an passé, Knight Frank entrevoyait encore une croissance du nombre des millionnaires, sur la décennie, de l'ordre de 15%. Les mêmes experts continuent en revanche à prévoir des croissances significatives chez nos voisins. Un pays comme la Grande-Bretagne devrait, selon eux, voir le nombre de ses millionnaires croître de 30% d'ici à 2027.

Pas d'amélioration à moyen terme

Comment Knight Franck justifie-t-il son revirement assez soudain au sujet de la France? Le cabinet assure n'entrevoir aucune amélioration à moyen terme sur les questions qui plombent le moral et l'économie du pays depuis plusieurs années. "Ici, la croissance sera limitée à cause de la pression fiscale, la hausse des coûts de santé dans un pays vieillissant, la perte d'emplois qualifiés vers l'Asie, le tout dans un contexte de tensions religieuses", explique Andrew Amoils, directeur de recherche du New World Wealth. 

Ces prévisions sont-elles crédibles? Sans remettre en cause le travail de ces experts, on doit souligner un petit biais dans leur méthodologie. Ils ont tendance à prolonger les courbes actuelles sans prendre en compte ni anticiper les ruptures qui, par nature, sont imprévisibles. Le risque d'erreur est encore plus fort en période de fortes turbulences politiques. Quel sera l'impact à 10 ans de l'élection de Donald Trump, du Brexit ou du résultat des prochaines élections en France et en Allemagne?

Par ailleurs, si la France fait effectivement face à une fuite des grandes fortunes, cela signifie-t-il pour autant que le pays s'appauvrit? Avec un patrimoine net de 13.585 milliards d'euros selon l'Insee, la France se classe toujours 6ème au monde derrière les États-Unis, Chine, Japon, Allemagne et Grande-Bretagne. Surtout, si l'on prend uniquement en compte le patrimoine net par habitant adulte, la France se classe troisième parmi les grandes nations du monde (pays de plus de 50 millions d'habitants) selon le Credit Suisse. Elle est seulement dépassée par les États-Unis et la Grande-Bretagne. Et fait donc mieux que l'Allemagne, première puissance économique d'Europe.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco