BFM Business

Epargne salariale: les montants en nette hausse

-

- - Public Domain Pictures

Le montant des primes d'intéressement et de participation versées aux salariés a augmenté de 6,6% au titre de l'exercice comptable 2017. Il atteint désormais 19 milliards d'euros. Une tendance qui devrait se poursuivre cette année.

Près de 19 milliards d'euros d'épargne salariale ont été accordées par les entreprises à leurs salariés au titre de l'exercice comptable 2017. Un montant en hausse de 6,6% par rapport à l'exercice comptable de 2016, selon une étude du ministère du Travail publiée cette semaine.

Un salarié sur deux est concerné. 49,9% des salariés du privé précisément, hors secteur agricole. 8,8 millions de salariés ont ainsi eu accès à au moins un dispositif. Parmi eux, 7,5 millions ont bénéficié d'un complément de rémunération: prime de participation ou d'intéressement ou abondement de l'employeur sur un plan d'épargne entreprise ou un plan d'épargne collectif.

Le plan d'épargne entreprise, qui couvre 42,8% des salariés, reste le dispositif le plus répandu, devant la participation qui concerne 37,9% des salariés et l'intéressement, 32,9%. Toutefois, pour la première fois, on compte autant de bénéficiaires de l'intéressement que de la participation, soit cinq millions pour chaque dispositif sur un total de 14,3 millions de salariés.

La participation, qui permet de redistribuer aux salariés une partie des bénéfices, est obligatoire dans les entreprises de plus de 50 salariés dégageant un bénéfice suffisant. L'intéressement est laissé à la convenance de l'entreprise, en fonction des résultats ou performances.

2 512 euros perçus en moyenne

Participation et intéressement peuvent être perçus directement par le salarié sous forme de prime, ou versés sur des supports financiers comme les plans d'épargne salariales. Ainsi 57% des bénéficiaires ont bloqué ces sommes sur des PEE ou des Perco. Le reste a été touché directement par le salarié à sa demande. Le montant moyen perçu au titre de ces compléments de rémunération représente 2 512 euros dans les entreprises de dix salariés ou plus. Il progresse de 151 euros, soit une hausse de 6,4%, alors que le nombre de bénéficiaires reste stable.

Et c'est bien dans les grandes entreprises que ces dispositifs sont les plus répandus: ils touchent 11,2% des salariés dans les entreprises de un à neuf salariés mais 86,3% de celles de 1000 salariés ou plus. Certains secteurs sont plus généreux que d'autres. Sur la première marche du podium, la cokéfaction-raffinage avec 94,4% de salariés couverts par un des dispositifs. Arrive ensuite la fabrication de matériels de transport, 92,3% de salariés concernés. 

À l'inverse, les salariés travaillant dans l'hébergement restauration ou l'enseignement privé, la santé humaine et l'action sociale sont les moins bien lotis avec respectivement 24,5% et 15,5% de salariés couverts par un des dispositifs.

Sandrine Serais