BFM Business

En 2018, la baisse du déficit de la Sécu était en grande partie liée... à la bonne santé de l'économie

Assurance maladie

Assurance maladie - AFP

En 2018, le redressement spectaculaire des comptes de la Sécu était "de nature principalement conjoncturelle", note la Cour des comptes en signalant qu'à l'inverse, l'effort structurel était "modeste".

La forte réduction du déficit de la sécurité sociale, passé de 5,1 milliards d'euros en 2017 à 1,2 milliard en 2018, est en grande partie "due à la bonne tenue de la conjoncture économique" (autrement dit la bonne santé de l'économie), selon un rapport de la Cour des comptes publié jeudi. Le redressement spectaculaire des comptes de la Sécu était "de nature principalement conjoncturelle", affirment les magistrats de la rue Cambon, qui estiment que "la bonne tenue" de l'économie française expliquerait "au moins pour moitié" cette évolution.

A l'inverse, "l'effort structurel serait modeste, de l'ordre de 400 millions d'euros", la hausse des recettes (CSG, tabac) ayant été presque effacée par des dépenses "progressant plus vite que la croissance", en particulier dans la branche vieillesse (retraites). Pour la Cour, le "retour vers l'équilibre" financier suppose de "ramener le dynamisme des dépenses au niveau ou en dessous du niveau de la croissance potentielle, ce qui impliquerait la réalisation d'économies supplémentaires".

Ce rapport n'évoque pas la dégradation prévue pour 2019, avec un déficit attendu à 1,7 milliard d'euros selon la Commission des comptes de la Sécu, au lieu du léger excédent annoncé en septembre par le gouvernement. L'addition pourrait même se creuser jusqu'à 4,4 milliards, du fait des mesures annoncées à la suite du mouvement des "gilets jaunes" (CSG réduite pour certains retraités, exonération des heures supplémentaires) et votées fin 2018.

P.S. avec AFP