BFM Business

Édition spéciale présidentielle: "Macron et Le Pen ont des programmes antagonistes"

45,67 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes ce dimanche 23 avril 2017.(image d'illustration)

45,67 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes ce dimanche 23 avril 2017.(image d'illustration) - Damien Mayer - AFP

DIRECT VIDÉO - 47,67 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes ce dimanche 23 avril 2017 afin de voter pour l'un des onze candidats à la présidence de la République. Suivez en direct l'édition spéciale de BFM Business à l'occasion du premier tour de l'élection présidentielle.

Le premier tour de l'élection présidentielle 2017 touche à sa fin. Selon les premières estimations Elabe pour BFMTV, Emmanuel Macron et Marine Le Pen sont les deux candidats qualifiés pour le second tour.

Le candidat d'En Marche! récolte 23,7% des suffrages, la présidente du Front National 22%. Au coude à coude, Jean-Luc Mélenchon et François Fillon recueillent 19,5% des voix. Benoît Hamon est crédité de seulement 6,5%. 

"Deux programmes antagonistes"

"C'est un duel passionnant parce que c'est le duel des programmes antagonistes" explique Emmanuel Lechypre. "Il n'y a pas deux programmes qui étaient plus antagonistes que le programme d'Emmanuel Macron et celui de Marine Le Pen. Il n'y a aucun point d'intersection entre ces deux programmes" précise l'éditorialiste de BFM Business. "Ces deux programmes sont en opposition totale. L'un est pro-européen, l'autre est anti-européen. L'un est plutôt mondialiste, ouvert sur le monde, tourné sur le commerce international et la finance. Marine Le Pen c'est exactement le contraire" résume-t-il. "Les Français vont vraiment avoir le choix entre deux modèles de sociétés différents". 

Pour Jérémy Ghez, "un débat passionnant en train de se redessiner". Professeur d'économie à HEC Paris, il explique qu'avec "Emmanuel Macron, on a quelqu'un de tourné vers l'extérieur. Quelqu'un qui parle du talent des compétences françaises, qui essaie de parler des emplois de demain. Marine Le Pen a une image de quelqu'un de tourné vers la France, d'une économie fermée et isolée comme solution aux problèmes économiques d'aujourd'hui."

Antonin Moriscot