BFM Business

Dernier jour pour profiter d'un efficace coup de pouce fiscal

Instauré en 2015, le suramortissement, déduction fiscale de 40% sur les achats d'équipements industriels, s'achève ce vendredi. La mesure a créé une véritable dynamique d'investissements en France.

Clap de fin pour le suramortissement, ce coup de pouce fiscal qui permet aux entreprises de bénéficier d'une déduction exceptionnelle de 40% sur certains investissements. Ce dispositif de la loi Macron, instauré en avril 2015, coûte environ 2,5 milliards d'euros par an. Il a déjà été prolongé au-delà d'avril 2016. Mais les industriels, qui plébiscitent unanimement la mesure, réclament son maintien.

La fédération des machine outils ou la CGPME estiment ainsi que le suramortissement a contribué à moderniser l'outil productif, et qu'il est dommage de l'arrêter alors qu'il commençait à porter ses fruits. En témoigne une augmentation de 10% du chiffre d'affaires des entreprises de bien d'équipement.

"Au-delà d'un simple effet d'aubaine"

Les patrons des fédérations industrielles considèrent unanimement le dispositif comme l'une des décisions clé qu'a prises le gouvernement, dont les effets ont été massifs et incontestables. "Les résultats sont éloquents", explique l'un d'eux qui cite un exemple: les ventes de robots ont bondi de 20% l'an dernier par rapport à 2015. La progression est encore plus spectaculaire depuis le début de cette année où les ventes sont en hausse de 30%.

"Cela va bien au-delà d'un simple effet d'aubaine", souligne le président des Fédérations mécaniques. Pour Bruno Grandjean, par ailleurs patron de Redex, cette mesure n'a pas seulement accéléré les décisions, "certains investissements n'aurait tout simplement pas eu lieu sans ce dispositif", affirme-t-il. Une véritable dynamique, qui devrait d'ailleurs se poursuivre même sans cet avantage fiscal, estime-t-il.

Caroline Morisseau, édité par N.G.