BFM Business

Conférence sociale: une journée sous tension

Jean-Claude Mailly dénonce un "vrai bug du dialogue social".

Jean-Claude Mailly dénonce un "vrai bug du dialogue social". - -

La troisième conférence sociale du quinquennat de François Hollande s'est ouverte ce lundi 7 juillet. Et le climat a été tendu tout au long de la journée.

La conférence sociale, rendez-vous annuel cher au président Hollande, a un coup dans l'aile. La CGT et de FO ont annoncé, ce lundi 7 juillet, qu'ils boycotteraient la seconde journée de la conférence sociale mardi, où doit s'exprimer Manuel Valls.

Après les concessions du Premier ministre au patronat sur le compte pénibilité et la simplification du code du Travail et faute d'obtenir une "clarification" du président, les directions de la CGT, premier syndicat français, et de FO, ont décidé qu'elles ne participeraient pas aux sept tables rondes prévues, ni au discours de clôture de Manuel Valls dans l'après-midi.

En revanche, considérant qu'il s'agit d'un "acte républicain", la centrale de Thierry Lepaon a maintenu sa présence à la réunion à huis clos avec François Hollande et les autres organisations syndicales (CFDT, CFTC, CFE-CGC, FO) et patronales représentatives (Medef, UPA, CGPME).

Raymond Soubie, ancien conseiller social de Nicolas Sarkozy, expliquait sur BFM Business que seules ces réunions à huis clos avaient un réel impact. " On ne peut pas engager un vrai dialogue social dans des groupes de travail où il y a 20 ou 30 personnes. Ce qui est intéressant c'est ce qui est non-public".

Culture du compromis

François Hollande, lors de son allocution à la fin de la journée, a tenu à rappeler le devoir de "respect des partenaires". Il a rendu hommage à la culture du "compromis, fondé sur le donnant-donnant" et dénonçant la "perpétuelle surenchère".

Il a, par ailleurs, abordé plusieurs sujets. Ce que Raymond Soubie n'a pas hésité à comparer à un "discours de politique générale". Il a précisé plusieurs des réformes en court: loi sur la sécurisation de l'emploi, réforme des retraites, pacte de responsabilité…

Pour Philippe Louis, de la CFTC, il a ainsi "réaffirmé la voix du dialogue social". Carole Couvert, présidente de la CFE-CGC, a, elle, noté que "le président a entendu notre message : être le président de l'ensemble des Français et non pas celui des plus riches ou des plus défavorisés".

Diane Lacaze