BFM Business

Compétitivité: Ayrault annonce un traitement de choc pour redresser la France

Jean-Marc Ayrault

Jean-Marc Ayrault - -

Retrouvez ici les choix du gouvernement pour redresser la compétitivité de l'économie française, après les conclusions du rapport Gallois. Dans son discours à Matignon, Jean-Marc Ayrault appelle au « sursaut » national.

Le gouvernement va dégager 30 milliards d'euros pour relancer la compétitivité des entreprises, 20 milliards en crédits d'impôts et 10 milliards par le biais d'efforts supplémentaires de réduction des dépenses publiques, a annoncé Matignon mardi.
Le crédit d'impôts grèvera le budget 2014 puisque les entreprises l'obtiendront cette année-là sur leur exercice 2013, et les économies budgétaires seront également réalisées en 2014 et 2015, précisent les services du Premier ministre au lendemain de la remise du rapport de Louis Gallois.

11h52: « La France vient de connaître 10 ans de décrochage industriel. Prolonger cette tendance serait la certitude du déclin (...). J'ai demandé à tous les membres de se mobiliser (...). J'en appelle à une transformation. Le nouveau modèle français c'est de conjuguer compétitivité et solidarité. La France doit retrouver son rang de grande puissance. Le temps des décisions fortes est venu, c'est ce que je viens de faire avec mon gouvernement ce matin », conclut Jean-Marc Ayrault sur ce même ton empreint de gravité qui ne l'aura pas quitté tout au long de son allocution.

11h51: « J'attends des entreprises l'exemplarité en matière de rémunérations, mais aussi de civisme fiscal et de gouvernance », prévient Jean-Marc Ayrault, qui appelle les partenaires sociaux à permettre l'entrée de représentants des salariés dans les conseils d'administration des grandes entreprises. Le Premier ministre appelle également les entreprises à la transparence sur le bon usage qui sera fait du crédit d'impôt.

11h50: Cinq démarches administratives essentielles pour les entreprises seront simplifiées dès 2013.

11h49: Jean-Marc Ayrault annonce un fonds de 500 millions d'euros pour aider les PME en difficulté.
Le Premier ministre veut porter « le nombre d'apprentis à 500 000 ».

11h48: Jean-Marc Ayrault annonce une réforme bancaire au Conseil des ministres pour le 19 décembre. Dans son programme de candidat, François Hollande s'était engagé à séparer les activités des banques « qui sont utiles à l'investissement et à l'emploi [de] leurs opérations spéculatives ».

11h40: Le crédit d'impôt de 20 milliards sera financé par 10 milliards d'euros d'économies supplémentaires sur les dépenses publiques, précise Jean-Marc Ayrault, et par 10 milliards de mesures sur la fiscalité écologique et sur l'évolution de la TVA (voir à 11h20). Le Premier ministre souligne que dans ce dispositif de grande rigueur, le taux réduit de TVA baissera de 5,5 à 5% : la mesure « vise les ménages modestes qui consacrent une part importante de leurs dépenses à l'alimentation et à l'énergie. C'est une mesure de justice sociale et de soutien à la consommation ».

11h39: « La montée en gamme de notre économie doit être la clé » de la réussite française dans la mondialisation. « Dans cette perspective, le gouvernement prévoit un allègement du coût du travail de 20 milliards d'euros sur 3 ans [pour les entreprises]. (...) Il portera sur les salaires entre 1 et 2,5 fois le Smic ». Le Premier ministre insiste sur « un effort sans précédent » en France.

11h36: « L'économie française s'est laissée distancier par ses partenaires européens, déplore Jean-Marc Ayrault. La France est dans un cercle vicieux ».

11h35: Le rapport Gallois « est d'une grande sévérité pour les dix années qui viennent de s'écouler », déclare JM Ayrault, qui précise le gouvernement a retenu « la quasi-totalité des préconisations du rapport Gallois ». Le Premier ministre appelle à un « sursaut » national.

11h30: Jean-Marc Ayrault entame son allocution à l'Hôtel Matignon sur un ton grave et solennel, à l'issue du séminaire gouvernemental. « La France a besoin d'un nouveau modèle », déclare le Premier ministre en direct de Matignon, appelant à « retrouver le chemin de la création d'emplois et à ne plus le financer par le déficit permanent ».

11h23: Une « nouvelle fiscalité écologique » sera mise en place à compter de 2016, pour un montant de 3 milliards d'euros.

11h20: Le gouvernement prévoit de mettre en place une « évolution de la TVA » à partir du 1er janvier 2014. La TVA "normale" sera portée de 19,6 à 20% ; le taux intermédiaire de 7 à 10% ; le taux réduit de 5,5 à 5% (bien 5).

11h18: L'Etat réalisera 10 milliards d'économies supplémentaires dans les dépenses publiques en 2014-2015.

11h12: Matignon annonce un crédit d'impôt pour les entreprises d'un montant de 20 milliards d'euros.

Alexandre Le Mer, avec AFP