BFM Business

Christian Noyer "n'ose pas imaginer" un défaut de paiement américain

Christian Noyer était l'invité de BFM Business ce jeudi 3 octobre

Christian Noyer était l'invité de BFM Business ce jeudi 3 octobre - -

Christian Noyer était l'invité de BFM Business ce jeudi 3 octobre. Il revient sur la paralysie budgétaire aux Etats-Unis, mais également sur la reprise en zone euro et le Budget français.

"Il y a un vrai risque mondial". Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et invité de BFM Business ce jeudi 3 octobre, estime qu'il est temps que "les décideurs américains comprennent l'importance de l'économie américaine sur l'économie mondiale".

S'il ne va pas jusqu'au scénario catastrophe évoqué par Christine Lagarde, directrice du FMI, il estime "si la situation dure quelques jours, ce ne sera sans doute pas très grave, ce sera vite rattrapé car c'est une économie flexible. Si ça devait durer trop longtemps, il y a un vrai risque de ralentissement économique". Et il ajoute "je n'ose pas imaginer" un défaut de paiement américain.

La reprise en zone euro "est là"

Par ailleurs, le gouverneur de la Banque de France a également évoqué la reprise en zone euro. "Mario Draghi a raison c'est une reprise lente et inégale selon les pays. Mais je suis dans le camp des optimistes. La reprise est bien là, il y a beaucoup de signes de redressements".

De plus, il ajoute que si l'instabilité politique, quand elle se produit dans un pays, est une menace pour l'économie européenne, elle n'engendre pas forcément des réactions disproportionnées. Il prend l'exemple de l'Italie et du peu de réaction que ce problème politique a engendré. Il croit donc dans une reprise durable.

Et pour lui, cette reprise doit notamment se solidifier via l'union bancaire. Les différents piliers de l'union bancaire, à savoir la supervision unique, l'autorité de résolution unique ou encore des règles européennes unifiées sont en cours.

Et il a réaffirmé qu'un nouveau prêt à long terme (LTRO) en faveur des banques n'était pas nécessaire pour l'instant. "Aujourd'hui, nous avons bien assez de liquidité dans la zone euro. Nous avons un excédent de liquidités". Mais Christian Noyer précise que "nous sommes prêts à utiliser tout instrument nécessaire au moment nécessaire".

Réforme la réglementation sur le travail du dimanche

Et enfin concernant la France, Christian Noyer croit au Budget qui a été présenté. "J'espère qu'il n'y aura pas de risque de dérapage". Pour lui, "il faut réduire le déficit sans casser la croissance. Il faut continuer les efforts, même avec les 2 ans supplémentaires" offerts par la Commission européenne pour ramener le déficit public à 3%.

Pour le gouverneur de la Banque de France, la France doit réformer sa réglementation sur le travail du dimanche pour favoriser l'activité économique et l'emploi.

"Je pense qu'il s'agit typiquement d'une des réformes structurelles que nous devons faire" pour favoriser, l'activité et l'emploi, a-t-il dit.

"Que le législateur protège le droit des salariés de ne pas travailler le dimanche, c'est une chose. Mais les envies des consommateurs changent, les envies des travailleurs changent, les besoins des entreprises évoluent et je pense que nous sommes aujourd'hui dans un monde où il doit y avoir beaucoup plus de facilités de flexibilité."

Diane Lacaze