BFM Business

Chômeurs invisibles : « Pôle Emploi, c'est de la merde »

4 millions de personnes en recherche d'emploi ne seraient pas inscrites à Pôle Emploi.

4 millions de personnes en recherche d'emploi ne seraient pas inscrites à Pôle Emploi. - -

Les chiffres du chômage de janvier dévoilés ce mardi seront mauvais. Ils pourraient l'être encore plus avec ces chômeurs invisibles désinscrits de Pôle Emploi. « Pôle Emploi, si vous êtes dans la bonne case ça va, sinon... ».

Les chiffres du chômage pour le mois de janvier seront encore mauvais. Samedi, lors de sa conférence de presse au Salon de l'agriculture, François Hollande a réaffirmé la volonté de l'exécutif, martelée depuis plusieurs mois, d'inverser la courbe du chômage d'ici la fin de l'année. Mais le président a prononcé quelques mots ambigus ensuite : « Si nous arrivons à accélérer la reprise, à anticiper la reprise, cet objectif peut être atteint », laissant entrevoir ses doutes sur les chances d'y parvenir. Jérôme Cahuzac a ensuite assuré lundi que le gouvernement français n'avait pas renoncé à son objectif d'inverser la courbe du chômage en 2013. Puis, Michel Sapin, le ministre du Travail, a clarifié les choses : « Nous avons un débat en ce moment, depuis 48 heures : tout d'un coup, on voit fleurir dans la presse des titres disant que le président renonce à l'inversion de la courbe du chômage en 2013, eh bien non, c'est une bataille qui est absolument décisive ».

4 millions « d’invisibles »

Ces sorties présidentielles et ministérielles n’influeront pas sur les chiffres du chômage du mois de janvier qui seront mauvais. Et ces chiffres pourraient l’être encore plus si étaient comptabilisés ces chômeurs invisibles qui ne sont pas inscrits sur les listes de Pôle Emploi. Mais qui sont ces personnes ? RMC s’est intéressée à cette population de « fantômes », de non-inscrits et de désinscrits. Il y a d’abord les découragés, ceux qui, lassés par la lenteur de l’administration ont laissé tomber et « préfèrent » rester au RSA trouvant eux-mêmes un emploi, bien souvent au noir. Cette catégorie d’invisibles représenterait près de 2,3 millions de personnes. Il y a ensuite les victimes de temps partiel subis (caissières, coursiers, standardistes…) qui doivent courir d'un employeur à un autre pour joindre les deux bouts. On en compte près d’un million en France. A ceux-là s'ajoutent les 100 000 seniors de plus de 56 ans qui, dispensés de recherche d’emploi, sortent des comptes de Pôle Emploi. A l’arrivée, loin des 5 millions de chômeurs officiels en France, les personnes sans emploi seraient en réalité 9 millions dans l’Hexagone.

« Je n'ai obtenu aucun de mes boulots grâce à Pôle Emploi »

Parmi ces invisibles, François, 55 ans. Allocataire du RSA et de l’aide au logement, il vit avec près de 700 euros par mois. Il aimerait travailler, mais a fait le choix de se passer de Pôle Emploi : « Un emploi stable et je serais sur la planète Mars, rêve-t-il. Ça fait un moment que j’essaie, je prends des emplois temporaires, mais ça dure un mois. Pôle Emploi, c’est de la merde. Je ne me heurte plus aux difficultés, j’ai abandonné. Depuis 10 ou 15 ans, je n'ai obtenu aucun de mes boulots grâce à Pôle Emploi. Si vous êtes dans la bonne case, ça va. Sinon, c’est Tchao Pantin ».

« Pas de formation, pas d’indemnité… ils arrêtent de s’inscrire »

« Ces gens-là, explique Alain Marcu, porte-parole de l'association AC! Agir Ensemble Contre le Chômage, comme ils n’ont pas de boulot, ils n’ont droit à rien : pas de formation, pas d’indemnité. Du coup, ils arrêtent de s’inscrire. Ils rentrent dans l’invisibilité la plus complète, Ça ne veut pas dire qu’ils arrêtent de chercher du travail, mais ils n’ont aucun intérêt à s’inscrire à Pôle Emploi. Ils ne croient pas en l’agence, ils ont besoin d’être guidés, d’avoir des pistes. Mais pour cela, ils ont besoin qu’on les reçoive. Il faut arrêter la dématérialisation et qu’il y ait des contacts humains. Ils sont découragés. A un moment, pour eux c’est : "Allez-vous faire f… et je me débrouille" ».

Tugdual de Dieuleveult avec B. Smadja