BFM Business

Buzyn promet "des soins indispensables remboursés intégralement" d'ici 2022

Agnès Buzyn, ministre de la Santé, était l'invitée de BFMTV. Elle a défendu le premier projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) du gouvernement présenté ce jeudi.

Ce PLFSS est celui des "engagements tenus, de la responsabilité, de la solidarité et de la transformation". C'est ce qu'a déclaré Agnès Buzyn. La ministre de la Santé a présenté, ce jeudi, le premier projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) du gouvernement.

Sur BFMTV, la ministre a rappelé que "les économies ne portent pas sur les personnes, elles portent sur les intermédiaires". Le gouvernement prévoit en effet des économies "importantes" dans le domaine de la santé, plus de 4 milliards d'euros. La ministre a expliqué: "Ce projet de loi de finance est celui des personnes fragiles. Nous l’avons construit pour les personnes les plus fragiles, les plus vulnérables et les plus défavorisées. C’est la raison pour laquelle nous revalorisons le minimum vieillesse dès l’année prochaine. 30 euros en plus au premier avril".

"Beaucoup de mesures en faveur des familles défavorisées"

Et elle a ajouté: "Dans deux ans et demi les personnes âgées au minimum vieillesse gagneront 100 euros de plus soit 12% de pouvoir d’achat en plus. Nous avons également promis la revalorisation de l’allocation pour adultes handicapés de 100 euros. Elle aura lieu également. Nous avons comme promis revaloriser la prime d’activité. Dès le 1er octobre elle augmentera de 20 euros. Nous avons beaucoup de mesures en faveur des familles défavorisées notamment pour les familles monoparentales ou pauvres avec plus de trois enfants".

Agnès Buzyn réitère l'engagement d'Emmanuel Macron: "Il y aura d'ici la fin du quinquennat des soins indispensables remboursés intégralement".

Concernant les retraités, qui étaient mobilisés ce jeudi, la ministre rappelle que "40% des retraités les plus pauvres ne seront pas touchés par l'augmentation de 1,7 point de CSG". Et elle ajoute: "progressivement, avec la baisse de la taxe d'habitation, il y aura une forme de compensation".

D. L.